Jérémy Martin.

Les Cataractes perdent une victoire et deux points

SHAWINIGAN — En raison d’une décision de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) prise à la suite d’un protêt déposé par les Foreurs de Val d’Or, les Cataractes de Shawinigan perdent les deux points remportés à la suite de la rencontre du 22 septembre dernier, et ce, au détriment de la formation abitibienne.

La LHJMQ a procédé à une révision du dossier de l’admissibilité du joueur Jérémy Martin dans ce match à la suite d’un protêt déposé par les Foreurs.

Le 1er avril dernier, soit lors du dernier match des Cataractes en séries éliminatoires, l’attaquant s’était vu décerner le code de pénalité 4.92, qui entraînait une suspension automatique de trois matchs pour un abus physique envers un officiel. En raison de l’élimination des Shawiniganais, le joueur ne pouvait pas servir sa suspension avant le début de la saison 2019-2020. Or, le directeur général des Cataractes, Martin Mondou, soutient que lors d’une communication verbale, le préfet de discipline lui avait indiqué que Martin avait plutôt écopé d’une suspension automatique d’un match. Le dirigeant des Cataractes avait alors fait confiance au préfet et n’avait pas vérifié lui-même quelle suspension était ratachée au code de pénalité 4.92.

Pour cette raison, Jérémy Martin n’était pas dans l’alignement pour la première partie de la saison. Croyant la sanction complètement purgée, les Cataractes l’ont réintégré pour le match suivant, celui du 22 septembre contre les Foreurs, qu’ils ont gagné 2-0.

Se demandant pourquoi Martin avait été réintégré dans l’alignement, la direction de la LHJMQ a contacté celle des Cataractes pour avoir des explications. Martin Mondou a fait alors état de la communication verbale que l’organisation avait eue avec le préfet de discipline et a démontré que la suspension inscrite sur la feuille de match était pour une seule rencontre. Selon lui, l’état-major de la ligue a alors concédé qu’il y avait un flou et a indiqué que les Cataractes n’allaient pas perdre leur victoire. Toujours selon Mondou, la ligue a reconnu qu’elle n’avait pas fait mention de cette suspension sur son site web lorsqu’elle a été décernée à Martin.

La ligue a cependant demandé que Jérémy Martin complète sa suspension, ce qu’il a fait lors des matchs suivants de son équipe face aux Tigres de Victoriaville et les Foreurs de Val-d’Or. Les Foreurs ont cependant
déposé un protêt, ce qui a forcé la ligue à appliquer le règlement à la lettre.

«Les Cataractes de Shawinigan avaient l’obligation, comme toute autre équipe de la ligue, de s’assurer de vérifier la sanction correspondant au Code de punitions et faire en sorte que cette suspension soit intégralement respectée. L’organisation des Cataractes n’a pas présenté de motifs suffisants pour justifier le fait qu’ils n’ont pas vérifié le Code de punitions remis avec la feuille de pointage et pour s’assurer que la sanction mentionnée s’appliquait comme prévu», peut-on lire dans le communiqué émis par la ligue mardi.

Par ailleurs, Martin Mondou n’en veut aucunement à la ligue d’avoir finalement décidé de faire respecter son règlement. Il prend même le blâme pour cette erreur. Il se défend cependant d’avoir voulu contourner les règles.

«Daniel [Renaud, l’entraîneur-chef des Cataractes] avait inscrit sur le tableau du bureau des coachs la suspension, car on savait qu’il y allait avoir cinq mois avant le début de la saison. Pourquoi Martin Mondou et les Cataractes auraient voulu changer une suspension? Ça n’a pas de sens», indique-t-il.

Par contre, Mondou ne se fait pas prier pour décocher une flèche en direction des Foreurs en raison de leur attitude dans cette histoire.

«Maintenant, les Foreurs pourront consacrer leurs énergies afin d’attirer du monde dans leur aréna», lance-t-il.