Visiblement rouillé après deux semaines sur la liste des blessés, Karl Gélinas n'a pas veillé tard sur le monticule du RCGT Park d'Ottawa, lui qui accordé six points (quatre mérités) en deux manches et deux tiers de travail.

Les Capitales rossés 10-2 par les Champions

La 500e victoire de Patrick Scalabrini comme gérant devra attendre. Ses Capitales se sont fait humilier 10-2, mardi soir, à Ottawa.

L’auteur de 499 victoires en saison régulière à la barre du club de baseball indépendant de Québec comptait sur son vétéran lanceur partant et ami Karl Gélinas pour lui permettre d’atteindre ce plateau historique.

De retour après deux semaines d’absence à cause d’une blessure à l’épaule, Gélinas (6-4, 3,07) a malheureusement choisi ce moment pour effectuer sa plus courte sortie au monticule en 29 départs, soit depuis le 31 mai 2017 ou 412 jours!

Il s’agit aussi de la plus cinglante défaite encaissée cette saison par les Capitales (35-21). Pour mettre fin à leur séquence de sept revers, les Champions (23-33) ont limité Gélinas à deux manches et deux tiers de travail. 

«Karl était clairement rouillé», a admis Scalabrini au téléphone, après la défaite. «Sa force est d’être précis, et là, il lui en manquait un petit peu sur tous ses lancers. Il tirait toujours de l’arrière dans le compte et c’était difficile.»

Mais le patron était loin de jeter tout le blâme au grand Karl. «On en joue quelques-unes par année des mauvaises comme celle-là et il n’y a rien de positif à sortir de ça. C’est un match à oublier!» a résumé Scalabrini.

Le grand droitier de bientôt 35 ans a alloué six points, dont quatre mérités, sur sept coups sûrs, trois buts sur balles et deux erreurs de ses coéquipiers. Dès le deuxième frappeur du match, qui réalise un amorti, voir le joueur de troisième coussin Lachlan Fontaine piler sur le pied de son artilleur et rater le jeu défensif annonçait la déconfiture qui allait suivre.

«C’est un jeu que tu ne veux jamais voir. Ç’a donné le ton négativement et en donnant trois points dès la première manche, on n’a jamais été capables de s’en sortir», tranche le chef.

Coups sûrs pour tous

Pendant ce temps, le vis-à-vis de Gélinas, Steve Borkowski (3-6, 5,46), muselait l’attaque des Capitales. Les frappeurs de Québec ont arraché deux points sur quatre coups sûrs pendant les huit manches de travail de Borkowski, tandis que Evan Rutckyj n’a rien donné en neuvième.

Dans le camp perdant, Gélinas a atteint son compte fixé d’avance à 70 tirs dès la troisième manche. «C’était le temps» qu’on le retire, assure Scalabrini. «Mais s’il y a une bonne nouvelle dans tout ça, c’est que Karl n’a pas ressenti de douleur» à l’épaule.

Le releveur de profession Andrew Elliott (2,1 ml, 2 pm, 3 cs), puis les joueurs de position Lachlan Fontaine (2 ml, 2 pm, 2 cs) et Edgar Lebron (1 ml), qui avaient amorcé le match respectivement au troisième coussin et au champ droit, ont succédé à Gélinas sur la butte.

Les neuf frappeurs des Champions ont expédié la balle en lieu sûr, croisant le marbre dans six des sept premières manches et inscrivant sept de leurs points après deux retraits. Dans la défaite, soulignons le premier circuit de la saison d’Adam Ehrlich et les deux attrapés spectaculaires du voltigeur de centre Nick Van Stratten en plongeant, en huitième.

Les Capitales ont néanmoins l’occasion de gagner une série sur la route mercredi, alors qu’ils opposeront aux Champions le lanceur dominicain Juan Benitez (0-1, 8,30).

+

LES CHIFFRES DERRIÈRE (PRESQUE) 500 VICTOIRES

Patrick Scalabrini atteindra cette semaine le plateau des 500 victoires en saison régulière comme gérant. L’instructeur-chef des Capitales de Québec, seule équipe qu’il a dirigée en neuf ans de carrière, montre un dossier de 499-331 en 830 matchs (,601), en plus de cinq championnats de séries.

En poste depuis 2010, Scalabrini avait devancé Michel Laplante (261 victoires, 2005 à 2009) dès 2014 à titre de gérant le plus victorieux dans l’histoire des Capitales. Feu Jay Ward (135 victoires, 1999 à 2001) arrive troisième.

L’actuel pilote des Capitales a du chemin à faire pour rejoindre le détenteur du record de 622 victoires dans la Ligue Can-Am. Joe Calfapietra a même récolté 728 gains au total à la barre des Jackals du New Jersey, qui évoluaient toutefois dans la Ligue Northeast à ses deux premières saisons. Calfapietra a dirigé les Jackals durant 14 ans (2003 à 2016) pour 1323 matchs (,550). Son record de ligue de 622 a été cumulé en 1141 matchs (,545).

Ironie du sort, Scalabrini a une autre chance mercredi soir de réussir son exploit contre son ancien gérant à Winnipeg, Hal Lanier, alors qu’il jouait pour les Goldeyes, en 2003 et en 2004. Lanier dirige maintenant les Champions d’Ottawa.