En plus d'être vigilant en défensive, Jonathan Malo a contribué à l'attaque des Capitales avec deux coups sûrs.

Les Capitales renversent les Jackals 12-2

Si les Jackals du New Jersey avaient eu leur numéro depuis le début de la saison, les Capitales de Québec ont remis les pendules à l'heure, samedi soir au Stade municipal, en l'emportant facilement par 12-2 à l'occasion d'une leçon offensive et défensive.
Pour les Capitales, il s'agissait seulement d'une cinquième victoire en 13 matchs contre les meneurs au classement de la ligue Can-Am de baseball indépendant. Ils réduisaient ainsi l'écart au classement à quatre matchs.
«Oui, il est important de remporter des séries, mais il faut tomber dans une séquence victorieuse parce qu'on a perdu trop souvent depuis un bout. Les gars avaient encore la défaite d'hier [vendredi] sur le coeur, on l'a pris personnel et on aurait dû remporter le double [contre Trois-Rivières]», soulignait le gérant Patrick Scalabrini.
Après avoir battu les Aigles 15-0 la veille, les siens ont ajouté 12 points au tableau contre leurs grands rivaux des dernières saisons, samedi. Mais ce qui fait le plus plaisir à leur patron, c'était la qualité du jeu défensif avant la production à l'attaque.
«On sait qu'il y aura des coureurs sur les buts, il faut réussir les gros jeux. Il est arrivé souvent, cette saison, qu'on a mal fait paraître nos lanceurs. Je ne dirais pas qu'on est sortis du bois, mais si on joue d'autres matchs de ce genre, on va gagner plus souvent qu'on va perdre», notait Scalabrini.
Dès la première manche, le receveur Jean-Luc Blaquière a harponné deux coureurs en tentative de vol, ce qui a donné le ton. Les Capitales ont aussi tourné deux doubles-jeux pendant que les visiteurs commettaient quatre erreurs. «Si Jean-Luc ne retire pas les deux coureurs les plus rapides, on ne marque peut-être pas 12 points», estimait le gérant.
Contribution généralisée
Blaquière n'a pas été seulement efficace avec son bras, il a aussi fait des ravages au bâton avec deux coups sûrs, dont un circuit (5e) en solo en quatrième manche. Balbio Fuenmayor a aussi cogné la longue balle (9e), une claque en solitaire dans une cinquième manche de cinq points. Il a fini la soirée avec trois points produits, portant son total de la saison à 46.
Tous les frappeurs de l'alignement de départ ont réussi au moins un coup sûr. En plus de Blaquière, Sébastien Boucher, Jonathan Malo, Mike Provencher et Matt Helms ont cogné deux fois en lieu sûr dans cette rencontre de 15 coups sûrs.
«Tout part du monticule et de la défensive. On a fait de bons jeux en début de match et je pense que les deux coureurs retirés par "Blaq" leur ont coupé les jambes. Nous avons connu plus de bas que de hauts, récemment, c'est bon de donner le ton à la série. Il faut continuer, ça ne doit pas finir ce soir. Ça leur montre aussi qu'on est encore là», confiait Malo, fort habile à l'inter.
Le partant Zach Staniewicz a retrouvé sa touche au monticule, ne donnant qu'un point sur six coups sûrs en six manches. Le nouveau-venu Jay Johnson a lancé la neuvième, le temps de laisser une bonne première impression.
«Il avait du "stock" électrique, ça n'a pas l'air le fun de l'affronter», prétendait Scalabrini à propos du gaucher ayant touché au niveau AA.
Peley reçoit des courriels de Gourriel
«Salut mon frère!» Depuis son retour de Cuba, le receveur Josué Peley échange des courriels fraternels avec Yuniesky Gourriel, le voltigeur cubain qui se joindra aux Capitales, idéalement au cours de la prochaine semaine, espère l'équipe du Stade municipal.
Même s'il est blessé, Peley a rendu de précieux services ces derniers jours en agissant à titre de traducteur pour le président Michel Laplante à l'occasion de sa visite sur l'île afin de finaliser les termes d'un partenariat entre les Capitales et la Fédération cubaine de baseball.
«Je suis revenu épuisé, c'était stressant en raison de l'ampleur du dossier. Je ne faisais pas la traduction à n'importe qui, il s'agissait de hauts dirigeants du pays. Je devais m'assurer de bien traduire ce que Michel disait, je devais aller au-delà des mots et laisser transparaître toute la passion qui l'habitait. J'ai apprécié faire ce voyage avec Michel. Je le connaissais déjà, mais j'ai découvert un homme incroyable. Là-bas, j'étais sa continuité. Je devais aussi m'assurer que nos interlocuteurs soient en confiance parce qu'un tel partenariat, c'est nouveau pour eux. Pour moi, ç'a été une expérience enrichissante», expliquait le joueur né au Venezuela qui maîtrise parfaitement le français, l'anglais et l'espagnol.
Il estime avoir joué un rôle essentiel dans la réussite de la démarche. Peley a développé une relation personnelle avec Gourriel, non seulement par son rôle de traducteur, mais aussi parce qu'il sera son coéquipier. Depuis son retour au Canada, il a échangé tout près d'une demi-douzaine de messages avec le joueur de 32 ans. Selon Laplante, Peley sera accueilli à bras ouverts s'il devait retourner à Cuba, en vacances ou comme accompagnateur des groupes qui vivront l'aventure à l'hiver 2015.
«Il a hâte d'arriver à Québec, il s'informe. Il aurait aimé revenir avec nous. Nous n'avons pas mis sous contrat un joueur autonome, on a emprunté un joueur à leur fédération, ce n'est pas la même chose. Lorsqu'il retournera à Cuba à la fin de la saison, on veut qu'il n'ait que des commentaires positifs à dire sur son séjour ici», ajoutait Peley à propos du fils de Lourdes Gourriel, légendaire baseballeur cubain.
Sur le losange
Le nom du gaucher Jay Johnson avait été inscrit à l'alignement de 22 joueurs avant le match tandis que celui de la recrue Joel Pierce a été retiré pour lui faire une place. «Il est un peu victime de la situation où il faut s'améliorer, mais à 21 ans, il a besoin de lancer. Il le fera comme partant dans l'IBL [Ontario] et on l'invitera pour se battre pour un poste dans la rotation, l'an prochain», expliquait Patrick Scalabrini... Les Capitales portaient un uniforme du passé, hier, afin de souligner la soirée du Temple de la renommée du baseball, qui a accueilli Roland Gladu, Louis-Philippe Grenier et Serge Touchette dans ses murs... Ils étaient 3104 spectateurs à cette rencontre... Après avoir perdu son poste de releveur numéro un la veille, Chris Cox a lancé avec une avance de 12-1 en huitième manche, hier. Il a accordé un point sur deux coups sûrs... Duel au sommet, cet après-midi (13h), entre le droitier Karl Gélinas (4-3, 3.31) pour Québec et le gaucher Isaac Pavlik (5-1, 2.20) pour New Jersey.