«Je ne veux plus de gars de 35 , 36 , 37 et 38 ans. C’est plus compliqué, c’est plus cher, et la Ligue Frontier est plus jeune que ne l’était la Ligue Can-Am. On veut bâtir sur des athlètes un peu plus jeunes», a indiqué le gérant et directeur général des Capitales, Patrick Scalabrini.

Les Capitales engagent deux jeunes joueurs de la Colombie-Britannique

Les Capitales de Québec poursuivent le virage jeunesse qui fait suite à leur passage dans la Ligue Frontier en ajoutant à leur alignement deux joueurs originaires de Colombie-Britannique, le lanceur Jacob Polancic et le voltigeur Tristan Graham, et en retranchant six vétérans de la saison dernière.

Polancic, 21 ans, a passé quatre saisons dans les filiales des Diamondbacks de l’Arizona après avoir été repêché en onzième ronde en 2016. Il a atteint le niveau A faible et a connu sa meilleure saison l’an dernier comme releveur en maintenant une moyenne de points mérités de 0.92 en 19 manches et deux tiers, retirant 16 frappeurs sur des prises. Les Capitales aiment bien le potentiel du jeune droitier et espèrent en faire un lanceur partant, un rôle qu’il a joué pour la dernière fois en 2017 dans la Ligue des recrues.

Quant à Graham, il est âgé de 24 ans et a été repêché en 22e ronde en 2015 après avoir évolué avec les Eagles du Northeast Texas Community College. Il a passé les quatre dernières saisons dans l’organisation des Orioles de Baltimore, où il a offert des performances sans grand éclat au bâton. Il faut dire que le voltigeur de 6 pieds 4 pouces et 215 livres a vu son début de carrière être un peu chamboulé par les blessures, n’obtenant que 70 présences au bâton depuis la fin de la saison 2017.

«Polancic est un gars qui lance fort et on essaiera d’amener beaucoup de lanceurs comme lui cette année. Il a essentiellement été lanceur de relève durant sa carrière, mais il a toujours voulu être partant. Il a été repêché après l’école secondaire et, comme c’est souvent le cas pour les Canadiens, n’a pas eu le temps de se développer», a indiqué le gérant et directeur général des Capitales, Patrick Scalabrini, avouant du même souffle que Polancic donnait «un peu trop» de buts sur balles (58 en 99 manches chez les professionnels). «Pour ce qui est de Graham, ce sera à lui de gagner ou perdre sa place. De ce que j’en sais, c’est un vrai athlète : il est gros, vite, il frappe fort et pourrait constituer une belle surprise s’il est en parfaite santé comme il l’affirme.»

Six départs

En même temps qu’il accueillait ces deux nouveaux venus, Scalabrini retranchait six vétérans de la saison dernière et le joueur de champ intérieur Nick DeTringo, dont les droits avaient été obtenus lors du repêchage de dissolution des Champions d’Ottawa. Parmi ceux qui ne demeureront pas à Québec, on retrouve le premier-but et voltigeur cubain Stayler Hernandez, qui a frappé dans une moyenne de .319 la saison dernière avec 30 points produits. «Pour les Cubains de plus de 28 ans, la situation est plus compliquée dans la Ligue Frontier. Il aurait fallu le considérer comme un vétéran et je n’ai pas de poste de vétéran disponible», indique Scalabrini. Trois places de vétérans sont déjà réservées à l’inter Yordan Manduley et aux lanceurs Karl Gélinas et Dan Richardson alors que Scalabrini souhaite se garder une marge de manœuvre en conservant au moins une libre d’ici le camp d’entraînement.

Les autres joueurs libérés par les Capitales sont les receveurs Corey Bass et Chris Shaw, qui ont tous deux frappé pour moins de .210 la saison dernière, et les lanceurs Austin Chrismon, Seth Davis et Arik Sikula, dont les moyennes de points mérités étaient toutes supérieures à 5.00. 

«L’idée dans tout ça est de nous rajeunir, car les dix places de joueurs d’expérience seront vite comblées. Je ne veux plus de gars de 35 , 36 , 37 et 38 ans. C’est plus compliqué, c’est plus cher, et la Ligue Frontier est plus jeune que ne l’était la Ligue Can-Am. On veut bâtir sur des athlètes un peu plus jeunes».