Kalian Sams (à droite) a frappé un circuit, son troisième en quatre matchs depuis le début de cette demi-finale.

Les Capitales encore en finale de la Ligue Can-Am

En l’emportant 7-3 contre les Boulders de Rockland, samedi au Stade Canac, les Capitales de Québec ont obtenu le 10e laissez-passer de leur histoire pour la finale de la Ligue Can-Am. Ils pourront donc défendre leur titre remporté en 2017.

Les Capitales ont donc gagné par 3-1 cette demi-finale 3 de 5. Il s’agissait de la troisième saison d’affilée que les deux clubs s’affrontaient en séries éliminatoires. Les Capitales ont remporté les deux derniers duels contre leurs rivaux de l’État de New York, dont celui de l’an passé en finale.

«On voulait se donner la chance de gagner un championnat, on est là. Il nous reste trois petites victoires à aller chercher», disait le gérant Patrick Scalabrini, qui dirige l’équipe depuis la saison 2010.

Les Capitales avaient subi un dur coup quelques secondes avant le début du match lorsque le partant Karl Gélinas a été incapable de compléter ses lancers d’échauffement. Il avait reçu le feu vert pour grimper sur le monticule malgré une blessure à une jambe qui l’incommodait depuis trois semaines. Il ne pouvait tout simplement plus pousser avec sa jambe droite.

Le releveur Wendell Floranus l’a donc remplacé au pied levé, obtenant le temps nécessaire pour s’échauffer. Il a lancé cinq manches, donnant trois points sur deux circuits à Mike Montville (deux points) et Conrad Gregor (en solo).

Pour les Capitales, Zach Wilson et Kalian Sams ont aussi frappé des circuits. Il s’agissait d’un troisième en quatre matchs pour Sams depuis le début de cette demi-finale.

Les Capitales ont renversé la vapeur en comblant un déficit de 3-2 grâce à une poussée de quatre points, en sixième manche. Le receveur Marcus Nidiffer a commis une erreur coûteuse sur un jeu d’option au marbre pour faire 3-3. Maxx Tissenbaum a enchaîné avec un simple opportun de deux points pour lancer les siens en avance. Tissenbaum a produit un troisième point en fin de huitième pour sceller l’issue du match. En relève à Floranus, le partant du premier match Jay Johnson a été crédité de la victoire.

«C’est le coup sûr qu’on attendait de "Tiss", on lui avait dit de ne pas s’en faire, qu’on voulait un gros coup sûr et qu’il soit 1 en 22, ça importait peu. Pour ce qui est de J.J. [Jay Johnson], c’est un bouledogue, il a gagné ce match sur le monticule avec trois manches en relève», soulignait Scalabrini, en levant son chapeau à Floranus.

Les Capitales seront donc à la recherche de la huitième conquête de leur histoire. Ils ont gagné sept fois en neuf participations à la finale jusqu’à présent, soit en 2006, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2017.

Ils croiseront le fer contre le vainqueur de la série entre les Aigles de Trois-Rivières et les Miners de Sussex County, qui nécessitera un cinquième match, dimanche, à la suite de la victoire de 8-6 des Aigles, samedi, pour créer l’égalité 2-2.

«Pour avoir l’avantage du terrain, ma préférence irait aux Aigles, car c’est immense d’avoir l’occasion de remporter un championnat à la maison. De l’autre côté, la rotation des Miners s’effrite. Mais peu importe, je n’y peux rien, ça va se jouer entre eux», ajoutait Scalabrini.

Héros du match avec deux coups sûrs et trois points produits, Tissenbaum se réjouissait de retourner en finale.

«Ça, c’était plaisant! C’est toute une victoire. Les séries, ici, c’est fantastique, il y a toujours du bruit. On est excité d’aller en finale, on a parlé que de ça toute la saison, même Nick Van Stratten a dit en arrivant qu’il était ici pour remporter le championnat, ça en dit long sur l’organisation qu’un nouveau dise cela. On tirait de l’arrière en milieu de match, mais on était tous prêts. Leur erreur y a été pour quelque chose, mais après, on rêve tous d’être la situation où j’étais avec les buts remplis», confiait Tissenbaum.

***

Blessé, Karl Gélinas a été incapable de compléter ses lancers d’échauffement.

SAISON TERMINÉE POUR GÉLINAS

Les Capitales disputeront la finale sans leur vétéran Karl Gélinas. S’il grimpe à nouveau sur le monticule, dans les prochains jours, ce sera dans le rôle d’instructeur des lanceurs, car sa saison comme joueur a pris fin, samedi, en raison de sa blessure à la jambe.

Gélinas n’a pas été en mesure de commencer le quatrième match qu’il devait lancer. Déjà, dans l’enclos d’exercice, la douleur était intenable. Il a abdiqué pendant ses lancers d’échauffement devant une foule médusée, cédant sa place à Wendell Floranus.

«J’étais optimiste, peut-être un peu trop. Sur le plat, ça allait bien, jusqu’à ce que je me rende sur le monticule dans l’enclos, avant le match. Plus je lançais, plus ça faisait mal. Comme sensation, c’était horrible, on aurait dit que je recevais un coup de poignard dans le pied à chaque lancer. J’ai alors dit à Wendell de se préparer. J’étais incapable de pousser, même de rendre la balle au marbre», expliquait Gélinas, en béquilles après le match.

Gélinas soulignait le travail de Floranus et de Jay Johnson, en relève. Mais pour lui, la saison est terminée.

«Je vais porter une botte pour les six ou sept prochains jours, il faut que j’arrête de marcher sur ma jambe. Je suis triste, déçu et fâché, mais j’ai extrêmement confiance en mes coéquipiers», ajoutait l’auteur d’une fiche de 8-8 en saison.

***

SUR LE LOSANGE

- Après le match, le gérant des Boulders Jamie Keefe a félicité son homologue Patrick Scalabrini avec une sincère poignée de main et il a fait l’accolade à Gélinas. «Nous avons beaucoup de respect entre nous. Ce match a été l’affaire d’une grosse manche. Ils ont toute une équipe. Nos gars sont déçus, mais ils ont tout donné pour gagner», indiquait Keefe.

- Blessé à l’ischio-jambier, vendredi, le voltigeur Nick Van Stratten a repris sa place dans l’alignement, samedi, après avoir retraité au vestiaire en fin de cinquième manche, la veille. Il agissait comme frappeur suppléant. «En saison régulière, il n’aurait certainement pas joué. Mais il a recommencé à jouer pour remporter un championnat, et il a insisté pour faire partie de la formation. On va aller chercher la magie qu’il peut nous amener», expliquait le gérant Patrick Scalabrini au moment où il le rédigeait.

- Acquis en fin de saison pour sa vitesse, le voltigeur David Salguiero patrouillait le champ droit à la place de Van Stratten, confiné à un rôle de frappeur de choix en raison de son état de santé. Salguiero a reçu une ovation, en quatrième, lorsqu’il a foncé dans la clôture pour capter un ballon qui aurait coûté un point ou deux.

- Arik Sikula (8-2 en saison), qui devait lancer le cinquième match s’il avait été nécessaire, a déjà été confirmé comme partant du premier match de la finale de la Ligue Can-Am pour les Capitales. Il lancerait aussi un hypothétique match ultime si la série se rendait à sa limite.

- Les Capitales n’ont pas perdu à domicile en séries depuis le 13 septembre 2015 à l’occasion d’un revers de 5-2 contre les Jackals du New Jersey. Ils ont enfilé six victoires depuis.