Nick Van Stratten (25) et Nick Gotta (23) accueillent Edgar Lebron au marbre, quelques secondes avant que T.J. White ne termine son tour des buts, lui qui a frappé un grand chelem pour donner une frousse aux Aigles en neuvième manche.

Les Capitales donnent une petite frousse aux Aigles

TROIS-RIVIÈRES — Une brillante performance offensive a failli se transformer en véritable cauchemar pour les Aigles de Trois-Rivières, mardi soir au Stade Stéréo Plus, alors qu’ils ont arraché une victoire in extremis de 10-9 aux Capitales de Québec.

Après huit manches, les Oiseaux de T.J. Stanton étaient confortablement installés dans le siège du conducteur avec un coussin de cinq points. Cependant, le releveur Shaun Ellis est passé bien près de tout gâcher. Après avoir permis aux visiteurs de bonder les sentiers après deux retraits, le droitier des Aigles a accordé un grand chelem à T.J. White, semant ainsi une douche d’eau froide sur les 1734 spectateurs.

Une fois le choc encaissé, Ellis a réussi le dernier retrait du match aux dépens de James McOwen, non sans avoir préalablement offert quelques cheveux blancs à son gérant! «C’est certain que je suis un peu déçu. C’est surtout inconcevable d’accorder des buts sur balles en neuvième manche. Ellis a manqué de contrôle, mais je garde confiance en lui à 100 %», a mentionné Stanton.

Le ciel s’écroule sur Saad

Blanchis pour la première fois de la saison la veille, les Aigles ont profité d’une rotation des lanceurs décimée chez les Capitales pour faire le plein de confiance. Pour ce match, les visiteurs avaient confié la balle à l’ancien des Aigles juniors, Philippe Saad, qui en était à un premier départ chez les professionnels.

Après un début de match appréciable, tout s’est écroulé pour lui en troisième manche. Avec les coussins remplis, Kevin Cornelius a bondi sur un tir à son goût pour claquer un grand chelem et ainsi transformer un déficit de trois points en une courte avance de 4-3.

Les Aigles ont ajouté six autres points lors des deux manches suivantes pour se forger une priorité qui s’est avérée fort utile en fin de match. Au passage, Sam Dexter en a profité pour ajouter trois points produits à sa fiche.

En plus de Saad, les Capitales ont aussi confié la balle en relève à Christopher Sauvé, qui a ainsi vécu son baptême professionnel. Le joueur de position Lachlan Fontaine a aussi été délégué, signe que le personnel des lanceurs des visiteurs est amoché. «On s’attendait à un match difficile. On espérait la voler, mais les probabilités n’étaient pas vraiment de notre côté. Je suis quand même content de la manière que les gars se sont battus, même si le circuit en fin de match a rendu le pointage plus serré que le match ne l’a été en réalité», a convenu Scalabrini.

Scalabrini aux douches

Alors que son équipe était toujours dans le coup, en cinquième manche, le gérant des Capitales a vu sa soirée de travail écourtée par l’officiel Kevin Scholz. Sur la séquence, Kevin McNorton semblait avoir atteint Maxx Tissenbaum à une main. Le frappeur des Capitales s’est d’ailleurs tordu de douleur pendant un bon moment. Le problème, c’est que l’arbitre a appelé une fausse balle plutôt que d’envoyer Tissenbaum vers le premier coussin. Il n’en fallait pas plus pour que Scalabrini voit rouge.

«C’était un lancer près du visage, notre gars s’est fait atteindre à la main. Il n’était même pas capable de tenir son bâton par la suite. L’arbitre, c’est un imbécile. Il ne peut pas appeler un jeu comme ça. Normalement, je ne me plains pas de l’arbitrage, j’en fais même une fierté d’équipe. Mais quand il est question de la sécurité des gars, c’est autre chose», a commenté Scalabrini qui se croise maintenant les doigts pour que Tissenbaum ne s’ajoute pas à sa longue liste de blessés.

Mercredi, pour le troisième et dernier match de la série, les Aigles opposeront Kyle Halbohn (0-1) à Jay Johnson (2-0) des Capitales.