Le partant Lazaro Blanco a brillé sur le monticule du Stade Canac, vendredi, en passant 10 frappeurs des Boulders dans la mitaine.

Les Capitales à une victoire de la finale

Si la première manche leur avait porté malheur la veille, la sixième a eu le même effet sur leurs adversaires, vendredi au Stade Canac. Les Capitales de Québec y ont inscrit trois points pour filer vers une victoire de 6-2 aux dépens des Boulders de Rockland dans le troisième match de cette demi-finale 3 de 5 qu’ils mènent 2-1.

Les Capitales pourraient en finir dès samedi (18h) lors du quatrième match de la série entre les deux équipes qui croisent le fer pour une troisième saison de suite en séries éliminatoires.

«Lorsqu’on a pris les devants, c’était bruyant, le stade a explosé, c’est très intimidant pour eux. Perdre le troisième match, ça met énormément de pression sur une équipe. Rockland fait face deux fois à l’élimination, il doit nous battre deux fois à la maison. On va mieux dormir un peu, merci à Blanco», disait le gérant Patrick Scalabrini.

Le lanceur Lazaro Blanco a donné le ton en retirant les trois premiers frappeurs dans l’ordre. Il allait connaître une sortie de grande qualité de 118 lancers en sept manches. Il n’a donné que deux points sur quatre coups sûrs, retirant 10 frappeurs au bâton, un sommet cette saison pour lui.

«C’est souvent le partant qui dicte le rythme du match, Blanco est un vrai pro, il a lancé avec cœur et il a fermé la porte lorsqu’on a pris l’avance», ajoutait Scalabrini.

Le grand droitier était ravi de sa prestation. «Le match était extrêmement important, c’était primordial de l’emporter. J’étais reposé, en pleine forme, et j’avais avisé Patrick que j’étais prêt à effectuer au-delà de 100 lancers», soulignait Blanco via l’interprète.

Marquer sans frapper

Les Capitales ont brisé une égalité de 2-2 en fin de cinquième grâce à un simple avec les buts remplis de Zach Wilson. Ils auraient pu ajouter à leur avance dans cette même manche, mais une mauvaise course a coupé court à cette possibilité. Heureusement, ils ont rebondi avec trois points d’assurance en sixième, sans même toucher à la balle, deux des points provenant de passes gratuites avec les buts remplis et d’un mauvais lancer. Les Boulders ont ouvertement remis en question la zone des prises de l’arbitre, ce qui a mené à l’expulsion du gérant Jamie Keefe, en sixième, et du lanceur perdant Nick Sarianides, en septième, lui qui avait déjà cédé sa place à un releveur.

«Je sais que ce n’était pas l’idéal de me faire sortir en match éliminatoire. Je ne l’ai pas fait pour motiver mes joueurs, mais pour lui passer un message. Nous avons le dos au mur, mais honnêtement, on ne pensait même pas être ici. Les Capitales ne veulent sûrement pas jouer un cinquième match, mais nous, ça, oui, ça nous le tente», expliquait Keefe, prêt à rebondir samedi dans le quatrième match.

Les Capitales ont pris les devants trois fois dans ce match, la troisième étant la bonne. Kalian Sams avait animé la foule de 2491 spectateurs, en quatrième, à l’aide d’un long circuit en solo. Les Capitales allaient ajouter trois points sur la générosité de Sarianides, en sixième, qui est devenu à la fois erratique et dérangé par l’arbitre.

+

QUAND GÉLINAS S'INSPIRE DE CURT SCHILLING

«Je vais faire mon Curt Schilling et mettre du sang sur mon bas», disait en riant Karl Gélinas, en confirmant qu’il serait le partant du quatrième match de la série, samedi, malgré une douleur à la jambe droite.

«Je vais avoir de la misère à marcher, dimanche, mais, peu importe, je vais donner tout ce que je peux», confiait-il avant le troisième match. Gélinas avait été atteint par une balle, le 12 août. Il a pu lancer, depuis, mais il s’est reposé lors de la dernière semaine de la saison régulière. À la blague, il s’inspirait de Schilling, qui avait lancé en Série mondiale, en 2004, malgré un tendon arraché à la cheville.

«Le reste du corps va très bien. Quand j’ai lancé, ça allait bien jusqu’à ce que je doive couvrir un but. J’ai été un peu déprimé dernièrement, car je ne me voyais pas pouvoir contribuer. J’approche les choses un jour à la fois, ça va de mieux en mieux, ça va être ben correct», précisait l’auteur d’une fiche de 8-8 en 2018.

Au retour de l’équipe à Québec, Gélinas a fait un peu de psychologie avec le lanceur Brett Lee, atroce lors de son départ de la veille à Rockland, où il a donné 10 points et n’a retiré qu’un frappeur. «Sur le coup, je ne lui ai pas parlé, il avait l’air débiné et en maudit. Il est passé par toute la gamme des émotions. Ses intentions étaient bonnes, mais ç’a été à l’opposé de cela. 

«Je lui ai dit de faire tout en son possible pour récupérer, qu’il pouvait même jouer au héros d’ici la fin des séries. Dans le sport, il faut oublier et tourner la page le plus vite possible», indiquait Gélinas, qui cumule aussi le rôle d’instructeur des lanceurs de l’équipe.

Si un cinquième match était nécessaire, dimanche (18h), le droitier Arik Sikula (8-2 cette saison) serait le partant désigné par les Capitales. Partant du premier match, Jay Johnson sera disponible en relève à compter du quatrième match.

+

NOTES

- Le voltigeur Nick Van Stratten s’est blessé à une jambe en courant vers le premier but, en cinquième, et il a été retiré du match après avoir insisté pour rester au jeu. On ignorait la gravité de sa blessure, mais son état de santé inquiétait le gérant.

- Les Capitales ont frappé sept coups sûrs contre quatre. T.J. White en a réussi deux, mais il a aussi commis une erreur ayant coûté un point en cinquième.

- Les Aigles de Trois-Rivières ont évité l’élimination, vendredi, à la faveur d’une victoire de 5-3 contre les Miners de Sussex County, en avance 2-1 dans cette série.