Athlète extrêmement talentueux, mais au parcours tumultueux, Josh Gordon aura une chance de relancer sa carrière aux côtés de Bill Belichick et de Tom Brady en Nouvelle-Angleterre.

Les Browns refilent Josh Gordon aux Patriots

CLEVELAND — Le triste passage de Josh Gordon à Cleveland est terminé. C’est en Nouvelle-Angleterre qu’il aura l’occasion d’écrire un scénario plus heureux.

Source continuelle de problèmes, Gordon a été refilé lundi aux Patriots en retour d’un choix de cinquième ronde au prochain repêchage. 

Cette transaction survient deux joueurs après que les Browns eurent signifié leur intention de se départir du problématique receveur de 27 ans, suspendu encore et encore par la NFL depuis 2012 en raison de violations répétées du protocole antidrogue du circuit. 

Gordon avait joué lors du match nul contre Pittsburgh à la première semaine (captant une passe pour des gains de 17 verges) mais, après avoir pratiqué toute la semaine en vue du deuxième match des Browns, en Nouvelle-Orléans, il a soudainement indiqué à l’équipe samedi qu’il était blessé. L’entraîneur Hue Jackson lui a donc dit de retourner chez lui.

Toutefois, alors que les Browns voulaient simplement libérer le receveur, le directeur général John Dorsey s’est retrouvé devant la surprise de compter sur plusieurs preneurs potentiels. C’est ainsi que le marché a été conclu, lundi. 

«On a tout fait pour aider Josh», a déclaré Jackson après l’annonce de l’échange, sans expliquer davantage ce qui était survenu ce week-end. «On a vraiment tenté de créer pour lui un environnement favorable, mais ça n’a pas fonctionné. Parfois, un changement ne peut que faire du bien à tout le monde. Je souhaite la meilleure des chances à Josh.»

Il aura quand même fallu six ans aux Browns, qui ont sélectionné Gordon au deuxième tour du repêchage complémentaire en 2012, pour lancer la serviette. L’immense talent du natif de Houston y est pour quelque chose, lui qui est aux prises avec des problèmes de drogue et d’alcool depuis son adolescence. Gordon avait d’ailleurs raté une partie du camp d’entraînement pour suivre une cure de désintoxication, faisant espérer un nouveau départ pour lui. 

Hélas, les faits ont été tout autres. 

«Je refuse de dire que nous sommes soulagés, mais il fallait que tout ça prenne fin», a ajouté Jackson.

Destination parfaite

Se retrouvant peut-être devant sa dernière, la Nouvelle-Angleterre est probablement la destination parfaite pour Gordon. 

En effet, l’entraîneur-chef Bill Belichick a un historique bien garni lorsque vient le temps de relancer des joueurs qui semblaient indésirables. Pensons à Randy Moss, Chad Johnson et Aqib Talib, des joueurs de talent au caractère imprévisible que le patron des Pats a sû maîtriser, tout en soutirant d’eux une bonne production. Ainsi, Gordon fait office de nouveau projet pour Belichick. Et le risque en vaut peut-être la chandelle.

À sa deuxième saison, en 2013, Gordon a mené la NFL avec 1646 verges de gains sur des réceptions, en plus d’inscrire neuf touchés. Mais, depuis ce temps, Gordon a disputé un grand total de... 11 rencontres.

En 2014, Gordon a été suspendu 10 matchs pour une première violation des règles antidrogue de la NFL. C’était avant que de nouvelles frasques le fassent suspendre pour toute la saison 2015. 

Après avoir été réhabilité, Gordon a échoué un nouveau test, provoquant sa suspension pour l’entièreté de la campagne 2016. Finalement, après moult rebondissements, le receveur a pu disputer cinq matchs la saison dernière, captant seulement 18 passes avec une équipe qui n’a gagné aucun match.

Mais les Patriots avaient un besoin criant au poste de receveur, alors que Danny Amendola, agent libre, a quitté pour Miami, tandis que Brandin Cooks a été troqué aux Rams de Los Angeles. Sans oublier que Julian Edelman a encore deux matchs à purger d’une suspension de quatre matchs pour avoir échoué un test antidopage.

C’est pourquoi les Patriots ont couru le risque.

«Tout le monde est conscient qu’il est un athlète incroyable», a souligné le receveur Phillip Dorsett, un des nouveaux coéquipiers de Gordon. «On peut le voir quand il est sur le terrain.»

Le problème est là. Gordon devra rester sur le terrain. Voilà une nouvelle mission à la hauteur de Belichick.