Brian Elliott n'est pas étranger aux succès des Blues en séries.

Les Blues brillent à l'étranger

Les Blues sont en finale de l'Ouest pour la première fois depuis 2001 et ils le doivent en bonne partie à leur brio à l'étranger. Ils n'ont gagné que trois fois sur sept à la maison mais ailleurs, ils ont un rendement de 5-2, incluant la correction de 6-1 infligée aux Stars à Dallas mercredi, pour accéder au troisième tour.
Quant aux Sharks de San Jose, qui n'ont pas cheminé aussi loin en séries depuis 2005, ils ont été le meilleur club de la LNH «sur la route» en saison régulière, mais les kilomètres ne leur sourient pas autant en séries. En témoigne leur fiche de 0-3 à Nashville, au deuxième tour.
À l'approche du premier match face aux Sharks (dimanche, 20h), le message de l'entraîneur-chef Ken Hitchcock est un refrain souvent entendu mais bien vrai : gardez ça simple, repérez le joueur à découvert et n'essayez pas de jouer au surhomme. «Le hockey à un contre un, on garde ça pour novembre et février», a-t-il dit.
Du travail en équipe et la belle tenue du gardien Brian Elliott, voilà ce qui transporte les Blues. Six joueurs ont 10 points ou plus, et cinq autres en ont récolté au moins six. «Il faut rester fidèles à notre style de jeu», a résumé le défenseur Alex Pietrangelo, qui a inscrit un filet et six passes.
Brian Elliott domineen séries avec 441 arrêts
Elliott domine les gardiens en séries avec 441 arrêts. «Vous essayez simplement d'avoir la même mentalité de gagnant d'un match à l'autre», a dit celui qui a été choisi au neuvième tour en 2003 par Ottawa.
Son vis-à-vis Martin Jones excelle lui aussi avec une moyenne de 2,16, dont un jeu blanc de 5-0 pour éliminer les Predators, jeudi. «Nous avons confiance en lui», a dit son entraîneur-chef Peter DeBoer. «Il a été formidable depuis le début de la saison.»
Après avoir pris du temps à se remettre en forme à la suite d'une fracture de la jambe, Logan Couture (Sharks) a retrouvé tous ses moyens en séries, dominant la ligue avec 17 points, dont 11 en deuxième ronde. Chez les Blues, le centre Patrik Berglund (quatre buts et quatre aides) fait flèche de tout bois en dominant les siens avec un différentiel de + 9.