Rassurez-vous : il ne s’agit pas d’espions des Astros, mais bien de deux partisans venus soutenir leurs favoris leur du quatrième match de la séries contre les Red Sox, mercredi.

Les Astros blanchis des soupçons de tricherie

CLEVELAND — Les Astros ne sont pas des tricheurs. C’est du moins ce qu’a conclu le baseball majeur après avoir étudié une plainte des Indians de Cleveland.

Après le troisième match de leur série de division face aux Astros, le 8 octobre, les Indians s’étaient plaint qu’un employé du club texan avait été aperçu en train de prendre des photos ou des vidéos de leur abri à l’aide d’un téléphone portable. Houston aurait même tenté d’envoyer une deuxième personne près de l’abri après l’expulsion de la première.

Les Indians, qui ont été balayés par les Astros, craignaient que les deux hommes tentent de voir les rapports que les dépisteurs avaient colligés sur les joueurs des Astros, a indiqué une source. Samedi, un employé des Astros a été expulsé lors du premier match de la série de championnat de l’Américaine alors qu’il prenait des photos près de l’abri des Red Sox de Boston.

La MLB a demandé aux clubs toujours actifs de «s’abstenir de poser de tels gestes». Elle a indiqué qu’avant le début des séries, un «certain nombre de clubs» ont contacté le commissaire Rob Manfred pour se plaindre que de l’équipement vidéo était utilisé pour voler des signaux.

Afin de répondre à ces inquiétudes, le commissaire a interdit l’utilisation de certaines caméras dans les stades, a assigné plus d’agents de son service de sécurité aux rencontres et a accru la surveillance des salles de visionnage des équipes.

Boston: pas de paranoïa 

Après le troisième match de la série entre les Indians et les Astros, le partant Mike Clevinger avait laissé entendre que les Astros détenaient un avantage sur eux. «Il y a plusieurs choses», avait-il déclaré. «Je vais aller au plus court, mais disons qu’au niveau des analyses statistiques, nous étions acculés au mur avant que ça ne commence.»

«On ne se laisse pas trop embarquer dans cette paranoïa de vol de signaux», a assuré Alex Cora, le gérant des Red Sox. «Si on croit qu’il se passe quelque chose, on les change.»

Voler des signaux adverses est aussi vieux que le baseball lui-même. Les équipes tentent en tout temps d’obtenir un avantage sur leurs adversaires. L’arrivée de nouvelles technologies aide toutefois grandement les équipes.

Ainsi, les Red Sox ont été mis à l’amende la saison dernière pour avoir utilisé une Apple Watch pour voler des signaux des Yankees de New York. Quant aux Astros, ce n’est pas la première fois qu’ils sont soupçonnés de tricher.

Substances interdites pour améliorer la rotation des lancers

Plus tôt cette saison, le lanceur Trevor Bauer (Indinas) a laissé entendre sur les réseaux sociaux que les lanceurs des Astros utilisaient des substances interdites afin d’améliorer la rotation de leurs lancers. Il n’a pas précisé sa pensée, mais ses propos ont entraîné une tempête sur les réseaux sociaux.

Yahoo! a rapporté de son côté que des joueurs des Athletics d’Oakland croyaient que ceux des Astros volaient des signaux pendant les matchs et l’équipe a demandé une enquête.