Le gérant Bob Melvin dirige une équipe qui a le flair pour combler un écart.

Les A's plus tenaces que prévu

OAKLAND — Les gens du baseball majeur savent maintenant que les A’s d’Oakland n’abandonnent jamais. Bien rare est le déficit qui sera trop grand pour eux. Ils vont essayer d’orchestrer une remontée, souvent fructueuse, où pourrait s’illustrer l’un ou l’autre des nombreux gros cogneurs de l’équipe.

Au fil de sa carrière de gérant, Bob Melvin n’a jamais dirigé un groupe ayant un tel flair pour combler un écart, pour remporter les matchs serrés en manches tardives. Au cours d’un récent voyage au Texas, les Athletics ont effacé un retard de 10-2, battant les Rangers 13-10 avec 11 points lors des quatre dernières manches.

Partout dans les majeures, ils sont désormais reconnus pour leur ténacité. «Je pense que c’est une question de prendre notre élan», a confié Khris Davis, frappeur de choix et voltigeur. «Il faut juste continuer de faire les choses de la bonne façon. Nous essayons juste de faire notre boulot et en ce moment, nous y prenons beaucoup de plaisir.»

Les A’s n’ont pas prolongé leur saison depuis 2014, finissant derniers lors des trois dernières années. «Nous avons une équipe fantastique. Nous avons assurément la capacité d’atteindre les séries», a dit le deuxième-but Jed Lowrie.

Invincibles après la 7e manche

L’an dernier, la 60e victoire du club est venue le 8 septembre. Cette année, ce cap a été atteint le 25 juillet. «Ils ont quatre ou cinq releveurs pour fermer la porte et s’ils prennent les devants tôt, c’est dur de les battre», a dit le gérant des Dodgers de Los Angeles, Dave Roberts. «Et comme tous leurs frappeurs peuvent cogner dur, ils sont souvent à une longue balle de combler deux ou trois points d’écart. Ils sont dangereux.»

Les A’s sont la seule équipe des majeures qui n’a pas perdu lorsqu’ils sont en avance après sept manches (46-0). Quand ils mènent après huit manches, leur dossier est 55-0. Seattle est la seule autre formation invaincue après huit manches (57-0).

Oakland occupe le premier rang des grandes ligues avec 217 points en septième ou plus tard. Leur rendement dans les matches soldés par un point, 22-9, est encore là un sommet dans le baseball majeur. Le genre de succès qui peut faire gonfler la confiance.

«Je crois vraiment qu’avoir du succès dans les matchs corsés engendre encore plus de succès», estime le gérant des Giants de San Francisco, Bruce Bochy. «Vous savez ce que vous êtes capable de faire, et vous savez que vous avez les atouts pour réussir à nouveau. Vous apprenez à bien gérer la pression qu’amène un score serré.»