«Cette victoire est une belle victoire d’équipe. On apprend à gagner en équipe», a commenté le pilote des Alouettes, Patrick Scalabrini.
«Cette victoire est une belle victoire d’équipe. On apprend à gagner en équipe», a commenté le pilote des Alouettes, Patrick Scalabrini.

Les Alouettes surprennent les Diamants à une semaine des séries

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Derniers de la division Financière Sun Life, les Alouettes de Charlesbourg ont surpris les Diamants de Québec, les meneurs, en les battant 8 à 4 mardi au Stade Canac à une semaine des séries de fin de saison qui mettront aux prises les rivaux de la capitale.

«Est-ce que c’était un avant-goût des séries? Peut-être... Mais en même temps, j’ai aussi déjà été dans l’équipe de tête qui joue avec moins de pression. Je m’attends à ce que les Diamants placent bien tous leurs pions en séries. On n’a pas encore affronté leurs meilleurs lanceurs», a déclaré le pilote des Alouettes, Patrick Scalabrini, après la partie.

«Cette victoire est une belle victoire d’équipe. On apprend à gagner en équipe et ce soir, ce sont des héros différents qui nous ont fait gagner», a-t-il poursuivi en faisant référence à Gabriel Boucher et au voltigeur William Gault, venus en relève au partant Zacharie Allard qui n’a pas fini la troisième manche.

Boucher et Gault avaient tous les deux une moyenne de points mérités supérieure à 12.00 avant la partie, mais n’ont accordé ensemble qu’un seul coup sûr et aucun but sur balles aux Diamants en trois manches et un tiers. Gault s’est même permis de produire le point gagnant avec un long double au champ droit qui a poussé Thomas Drouin au marbre en quatrième, une claque qu’il croyait au départ être un coup de circuit.

«C’est plate pour Zacharie, car c’était son dernier match junior en saison régulière. Il a été solide au cours des deux premières manches, mais ça a été moins bien en troisième et il avait effectué beaucoup de lancers», a justifié Scalabrini à propos de son partant de 22 ans.

Beaucoup d'erreurs

Le match n’a pas donné lieu à du grand baseball défensif, les équipes commettant deux erreurs chacune, du moins celles qui ont été notées par le marqueur officiel. «D’après moi, il y en a eu plus de notre côté que les deux marquées au tableau...», a laissé tomber l’entraîneur des perdants, Dominik Walsh, après le match.

«C’est un match où on leur a ouvert la porte défensivement et où ils en ont profité. Je ne pense pas que ce soit la faute de nos lanceurs. En plus, sur un si beau terrain de gazon synthétique... Tout ce qu’on demande, c’est que nos lanceurs lancent des prises et que les joueurs réalisent les jeux», plaide-t-il.

Walsh espère maintenant que ses joueurs se regroupent. «Étant donné la situation dans laquelle nous évoluons, notre équipe du 25 août n’est pas la même que celle du 15 juillet. Et en même temps, on sait que les Alouettes ont une meilleure équipe que leur fiche et qu’une série contre eux est toujours excitante.»

Les Diamants ont connu leurs meilleurs moments en troisième manche alors qu’Allard a distribué des buts sur balles aux deux premiers frappeurs, accordé un simple à Antoine Gervais, effectué deux mauvais lancers, accordé un simple à Mathieu Sirois, un but sur balle à Jean-Christophe Masson et un autre simple à Nicolas Doré. Cette séquence agrémentée de quelques erreurs a permis aux protégés de Walsh d’égaler le pointage 4 à 4.

Allard s’est ensuite sorti du pétrin en forçant Jonathan Landry et Samuel Fortier à frapper des ballons pour les deux premiers retraits de la manche avant que Scalabrini ne sorte le crochet pour son partant qui avait déjà beaucoup donné.