Même s’il a montré de belles choses à son premier match préparatoire, les joueurs des Alouettes ne sont pas convaincus que Johnny Manziel connaîtra du succès dans la LCF.

Les Alouettes ne doivent pas penser qu'à Manziel

MONTRÉAL — Le nom de Johnny Manziel est sur toutes les lèvres depuis qu’il s’est officiellement joint aux Tiger-Cats de Hamilton. Et il a répondu aux attentes à sa première sortie dans la Ligue canadienne.

Dans la défaite de 36-18 subie aux mains des Argonauts de Toronto vendredi dernier, il a complété 9 de ses 11 passes pour 80 verges, en plus de porter le ballon deux fois pour 10 verges de plus. Mais pour les Alouettes, ce serait une erreur que de n’avoir que le quart vedette à l’œil pour leur deuxième et dernier match préparatoire, samedi.

«Quand on regarde à travers la ligue, il y a de gros noms partout. On ne peut pas seulement se concentrer sur Johnny Manziel, note l’ailier défensif Jesse Joseph. Avec ou sans lui, il y a de grands joueurs dans cette ligue. C’est vrai que plusieurs personnes qui suivent la LCF d’un peu plus loin seront attirées par un nom comme Manziel. Mais en tant qu’adversaire, quand on affronte un gars comme ça, on sait qui on est, ce qu’on a. On affronte les Tiger-Cats de Hamilton, pas que Johnny Manziel. C’est donc là-dessus qu’on va se concentrer.»

«J’ai eu l’occasion de regarder Johnny Manziel, et j’ai trouvé qu’il avait fait des jeux à la Johnny Manziel, en se servant de ses jambes et de son bras pour se sortir d’impasse, a pour sa part analysé l’entraîneur-chef, Mike Sherman. J’ai trouvé qu’il avait très bien fait, tout comme leurs autres quarts, par ailleurs.»

On ne peut pas contredire coach Sherman à ce chapitre : même s’ils ont été victimes de trois interceptions, Jeremiah Masoli (8 en 13, 115 verges, un touché, deux interceptions) et Dane Evans (6 en 11, 78 verges, une interception) n’ont pas mal paru.

«Je ne sais pas s’il aura besoin de beaucoup de temps pour s’acclimater à la LCF, a ajouté Sherman au sujet de Manziel. Il semblait très à l’aise dans leur premier match préparatoire. J’ai été un peu surpris de voir à quel point il l’était, probablement plus que j’en ai eu l’air à mon premier match! Je pense qu’il va bien s’en tirer.»

Styles semblables

Joseph estime d’ailleurs que les styles de Manziel et Masoli se ressemblent, ce qui peut aider le travail de leurs adversaires. «Les deux peuvent bien courir et bien lancer le ballon. Alors quand vous vous préparez pour un, vous vous préparez pour l’autre. Mais ce n’est pas une grosse affaire. Nous savons qui nous affrontons et qui nous devons surveiller, mais on peut seulement se soucier de faire notre boulot.»

Le Lavallois pourrait tout de même en profiter pour ajouter un fait d’armes à son palmarès s’il réussissait à rejoindre Manziel derrière sa ligne de mêlée au Stade Percival-Molson.

«Mon premier sac dans la NCAA a été face à RGIII [Robert Griffin III]. On en parlait l’autre jour : si je réussissais un sac contre Manziel, ça ferait deux gagnants du trophée Heisman!»

Plus de discipline

S’ils veulent l’emporter samedi, les Alouettes devront par contre se concentrer sur deux choses : les revirements, mais surtout, la discipline. «Des arbitres sont venus à l’entraînement la semaine dernière et nous ont donné un bon coup de main. Nous avons toutefois écopé beaucoup trop de pénalités lors du premier match», a expliqué Sherman. «J’insiste beaucoup là-dessus, car ces pénalités vous privent de votre position sur le terrain.

«J’espère aussi que nous serons en mesure de mettre le ballon en jeu et de ne pas être victimes de revirements. Nous n’avons pas été très bons pendant le camp à ce chapitre, même si parfois nous avons été victimes de jeux bizarres, comme des ballons qui rebondissent sur la poitrine des gars ou des ballons déviés qui restent 10 secondes dans les airs. Ne pas être victimes de revirements, ne pas avoir de pénalités avant que le ballon soit en jeu, et ne pas en écoper une fois qu’il l’est, c’est là-dessus que je mets l’accent.

«Je ne cesse de dire aux gars que les pénalités sont une réflexion de la discipline qu’est en mesure d’inculquer l’entraîneur-chef à son équipe. Nous allons travailler très fort pour les éliminer.»