Le receveur Drew Wolitarsky (à gauche) a profité la défensive poreuse des Alouettes, vendredi, inscrivant deux touchés dans le gain sans équivoque de 58-10 des Blue Bombers de Winnipeg devant 19 498 spectateurs qui voudront oublier le premier match de l’entraîneur-chef Mike Sherman à Montréal.

Les Alouettes humiliés en ouverture locale

MONTRÉAL — Mike Sherman a blâmé l'indiscipline et les unités spéciales pour la défaite à Vancouver. Il analysera probablement le match face aux Blue Bombers de Winnipeg de la même façon. Ou pas: absolument rien n'a fonctionné pour les Alouettes, qui ont été humiliés 56-10 par les Bombers.

Les Alouettes (0-2) ont notamment été battus par un brillant jeune quart. Chris Streveler a amassé plus de 200 verges par la passe et une autre petite centaine au sol. Il a complété trois passes de touché — une à Nic Demski et deux à Drew Wolitarsky — en plus d'inscrire un majeur sur une course d'une verge. Andrew Harris, sur une passe de 36 verges de Darvin Adams sur un jeu truqué, et Kienan Lafrance ont marqué les autres touchés des Bombers (1-1). Justin Medlock a complété la marque avec trois placements.

Les Blue Bombers, que plusieurs experts voyaient croupir au bas du classement dans l'Ouest en raison de l'absence de leur quart no 1 Matt Nicholls pour les quatre à six premières semaines du calendrier, viennent d'offrir deux solides prestations d'affilée.

«Il n’est plus une recrue maintenant», a précisé l’entraîneur-chef des Bombers, Mike O’Shea, en parlant de Streveler. «Il a prouvé qu’il avait la capacité d’apprendre chaque jour, chaque séquence. Quand il revient sur les lignes de côté, il a appris quelque chose de nouveau. S’il continue comme ça, ce sera bien amusant de le regarder jouer. Il sait qu’il doit encore travailler certains aspects, mais son exécution se trouve déjà à un haut niveau.»

Les Bombers menaient déjà 34-7 à la mi-temps et dominaient 308 contre 42 au total des verges. La foule avait d'ores et déjà commencé à huer les Oiseaux.

Les Alouettes? Ils aimeraient bien avoir un Streveler dans leurs rangs. Drew Willy n'est pas la source de leurs nombreux problèmes, mais les résultats tardent à venir. Il a complété 16 de ses 25 passes vendredi pour une maigre récolte de 111 verges et un touché, à B.J. Cunningham, rare moment de réjouissances pour les 19 498 spectateurs présents au stade Percival-Molson.

Sans paniquer, Willy a admis qu’il aurait voulu faire mieux. «Je ne peux que regarder ce que je peux faire de mieux, a dit le quart, bon prince, après la rencontre. Je n’ai que moi à blâmer.»

Streveler a quitté la rencontre au quatrième quart, après avoir complété 22 de ses 28 passes pour 246 verges. Il a terminé sa soirée au sol avec un total de 98 verges en 10 courses.

Ça n'est pas allé en s'améliorant, les Alouettes concédant même un touché de sûreté. Quand Sherman a décidé de faire appel au nouveau venu Jeff Matthews, il a lancé une interception à sa première tentative. Chanceux, les Alouettes ont pu reprendre le ballon quand Anthony Gaitor l'a perdu à sa ligne de 20. Les locaux n'ont toutefois pas pu gagner le premier jeu. Comble de malheur, leur tentative au troisième essai s'est avérée à court.

Record d’équipe... et de la ligue

De l'autre côté du terrain, tout souriait aux Bombers. Même Bryan Bennett — le substitut du substitut, on le rappelle — a bien paru, menant les siens jusque dans la zone des buts à sa première séquence.

Cette 13e défaite consécutive des Alouettes constitue une triste marque d'équipe. Il s'agit de leur sixième revers d'affilée devant leurs partisans. Ces 13 défaites consécutives égalent aussi une marque de la LCF, que les Alouettes partagent avec cinq autres formations.

Une situation qui a bien sûr déplu au demi offensif Tyrell Sutton «On doit fermer notre gueule et jouer», a-t-il laissé tomber après la rencontre. «On ne peut pas offrir une performance de merde de la sorte lors de notre match d’ouverture. Je n’aime pas me faire botter le cul comme ça.»