Jon Gruden est de retour au poste d’entraîneur-chef des Raiders d’Oakland, lui qui a dirigé l’équipe de 1998 à 2001 avant d’être... échangé.

L'ère Gruden, deuxième partie, est commencée

NAPA, Calif. — Jon Gruden a montré quelques signes d’impatience au début de la première pratique du camp d’entraînement des Raiders d’Oakland.

Après 10 ans loin du terrain, Gruden avait hâte de sauter sur le terrain pour amorcer officiellement son deuxième passage comme entraîneur-chef de l’équipe. 

«Ç’a été parfois difficile de demeurer actif tout en étant spectateur», a admis vendredi dernier celui qui est surnommé «Chucky» en raison de certaines expressions faciales qui rappellent parfois la fameuse poupée des films d’horreur. «C’est juste extraordinaire d’être de retour ici. Je sais que j’ai beaucoup de choses à prouver et je vais tout donner ce que j’ai pour réussir.»

Gruden, qui a d’abord dirigé les Raiders de 1998 à 2001, vient de passer les neuf dernières saisons comme analyste au réseau ESPN pour les matchs du lundi soir. Son retour comme entraîneur était donc attendu avec impatience, et ce depuis plusieurs années. 

Les fans des Raiders, eux, adorent celui qui avait été échangé aux Buccaneers de Tampa Bay après la saison 2001, et, depuis le début du camp, suivent attentivement les faits et gestes de l’homme de 54 ans. Chaque fois qu’il s’adresse à haute voix à ses joueurs et à ses adjoints, assez fort pour être entendu du public, ce dernier manifeste son approbation. Les spectateurs ont également adoré quand le patron s’est même permis d’invectiver le disc-jockey du stade pour ses choix musicaux. Bref, Gruden se fait remarquer.

«Il agit comme un joueur lorsqu’il est sur le terrain», souligne le secondeur Derrick Johnson, qui vient de se joindre à l’équipe après avoir passé les 13 premières saisons de sa carrière avec les grands ennemis des Raiders, les Chiefs de Kansas City. «Il est très énergique, il parle fort, il dit ce qu’il pense. Il veut visiblement gagner. En tant que joueur, on peut facilement devenir sa passion, et on apprécie ça.»

Gros morceau manquant

Un joueur important n’a toutefois pas encore goûté au style de Gruden : le secondeur vedette Khalil Mack, qui ne s’est toujours pas présenté au camp d’entraînement, lui qui veut obtenir une prolongation de contrat à long terme et une forte augmentation salariale. 

Le nouvel entraîneur, toutefois, ne s’en fait, affirmant laisser le directeur général Reggie McKenzie faire son travail.

«J’espère fortement qu’il sera ici bientôt, car c’est un joueur excitant, et surtout un des meilleurs de la ligue à sa position», estime Gruden au sujet de celui qui a récolté plus de 10 sacs du quart au cours des trois dernières saisons. 

Gruden est surtout conscient de l’importance de Mack et du rôle de ce dernier dans la relance d’une équipe qui a échoué lamentablement l’an dernier en remportant seulement six victoires, alors qu’Oakland avait doublé ce total en 2016. 

Le retour en forme du quart-arrière Derek Carr est une autre clé pour permettre à Gruden de réussir son retour. Après avoir joué à un haut niveau en 2016 (28 passes de touché et seulement six interceptions), Carr a régressé l’an dernier, terminant la campagne avec son plus bas total pour les verges, les passes de touché et le ratio d’efficacité depuis sa saison recrue, en 2014. 

Questionné sur ses performances, le passeur de 27 ans a simplement affirmé se sentir revigoré par l’arrivée de Gruden, un entraîneur reconnu comme un spécialiste de l’offensive. En fait, les deux hommes se connaissent depuis 2014, alors que Carr avait rencontré son futur patron dans le cadre d’une entrevue télévisée avant le repêchage. 

«Honnêtement, il n’a pas du tout changé depuis la première fois que je l’ai rencontré. J’avais déjà senti qu’il était un homme très compétitif, qui adore le football, qui veut gagner. Même s’il est très exigeant, on sent qu’il aime ses joueurs et ses adjoints.»

Si les fans d’Oakland adorent Gruden, ce dernier le leur rend bien, lui qui a même pris en charge l’organisation d’une soirée d’appréciation aux amateurs dans un bar local, le Ricky’s Sports Theatre and Grill, un établissement qui sert de point de ralliement à plusieurs partisans de l’équipe. Plus de 500 personnes se sont présentées à l’événement et on eu droit à un repas gratuit de la part de «Chucky». 

«Je ne sors pas très souvent dans les bars et les restaurants, mais quand je le fais, j’aime être entouré de gens avec qui j’ai des points en commun», explique Gruden. «C’était important pour moi de payer un peu la traite aux vrais partisans des Raiders, ceux qui encouragent l’équipe sans réserve.»