Après sa victoire en trois manches contre l’Allemand Oscar Otte, le Suisse Roger Federer, qui n’avait pas participé à Roland-Garos depuis 2015, a souligné avoir eu l’expérience de son côté, «comme souvent puisque je suis tellement super-vieux!»

L’élite en rodage à Roland-Garros

PARIS — Rafael Nadal et Roger Federer étaient toujours en rodage mercredi à Roland-Garros où ils n’ont pas eu à tirer sur la mécanique pour atteindre le troisième tour, au contraire de Stefanos Tsitsipas qui a déjà dû monter dans les tours.

«Ce n’était pas le meilleur match de ma vie», a reconnu Federer, 37 ans, vainqueur logique du lucky loser allemand Oscar Otte (144e) 6-4, 6-3, 6-4.

«Il m’a aidé aussi : il a fait des fautes... heureusement», a ajouté le Suisse aux 20 titres du Grand Chelem au sujet de son adversaire qu’il a avoué ne pas connaître avant cette rencontre.

«C’est la magie des Grands Chelems : tu tombes sur des joueurs qui viennent des qualifications et que tu ne connais pas. Au début, quand ils servent des as, tu ne sais pas si c’est normal ou si c’est de la chance!», a-t-il relevé.

«J’avais l’expérience de mon côté... comme souvent puisque je suis tellement super-vieux!» a-t-il lancé en provoquant l’hilarité dans les tribunes du court Philippe-Chatrier tout acquises à sa cause.

Au prochain tour, le numéro trois mondial qui revient sur la terre battue parisienne pour la première fois depuis 2015, affrontera le Norvégien Casper Ruud, 63e à 20 ans et qu’il ne connaît pas bien non plus.

«Ça montre que des jeunes sont en train d’arriver, mais ils ne m’ont pas encore mis dehors!» a-t-il souligné.

«Problème de concentration»

Comme prévu, l’Allemand Yannick Maden, 114e mondial et issu des qualifications, n’a pas vraiment existé face à Nadal qui vise un 12e sacre à Paris.

«J’ai fait un bon match aux deux premiers sets... pas génial, mais bon. Et au troisième set, j’ai un peu perdu ma concentration», a commenté le numéro deux mondial.

Dans la troisième manche, en effet, il a perdu deux fois son service.

«Le feeling est globalement bon, c’était juste un problème de concentration», a-t-il estimé.

«Il y a toujours des choses à améliorer. Mais jusque-là, c’est suffisant pour passer au troisième tour», a-t-il relevé, avant d’affronter le Belge David Goffin (27e mondial) pour une place en huitièmes de finale.

La route a été beaucoup plus sinueuse pour le Grec Stefanos Tsitsipas, 6e mondial à seulement 20 ans, qui a souffert pour venir à bout du Bolivien Hugo Dellien (86e) 4-6, 6-0, 6-3, 7-5 en 2h49.

Bertens abandonne

Après la perte de la première manche, Tsitsipas a quitté le court quelques minutes et il est revenu pour dicter sa loi d’une main de fer.

«J’ai pris le temps d’aller aux toilettes pour réfléchir à ce qui s’était mal passé au premier set. Cette coupure m’a aidé. Quand je suis revenu sur le court, j’étais prêt à me battre. Et quand je me suis remis dans le bon état d’esprit, les choses ont tourné en ma faveur», a-t-il expliqué.

Le Grec a quand même connu une nouvelle alerte dans le quartième set, quand Dellien lui a pris d’entrée son service.

«Le court Simonne-Mathieu est beaucoup plus lent que le Chatrier, j’ai eu du mal avec les glissades, les balles étaient très lourdes et lentes», a-t-il expliqué.

Il jouera pour la première fois au troisième tour sur la terre battue parisienne et affrontera pour une place en huitièmes le Serbe Filip Krajinovic (60e).

Toujours sur le Simonne-Mathieu, Grigor Dimitrov a signé une belle victoire face au 13e mondial Marin Cilic 6-7 (3/7), 6-4, 4-6, 7-6 (7/2), 6-3 en 4h23.

Le Japonais Kei Nishikori (7e mondial), lui, a joué un mauvais tour au public français en éliminant Jo-Wilfried Tsonga, tout comme l’Argentin Juan Ignacio Londero qui a fait disparaître du tableau Richard Gasquet.

Chez les dames

Chez les dames, grosse surprise en fin d’après-midi : après quatre jeux contre la Slovaque Viktoria Kuzmova (46e), la numéro quatre mondiale Kiki Bertens, qui pouvait espérer devenir numéro un à l’issue du tournoi, a dû se résoudre à l’abandon, malade et sans énergie.

La Tchèque Karolina Pliskova, actuelle numéro deux qui chasse elle aussi à la fois le trophée de Roland-Garros et la place de numéro un, s’est qualifiée sans problème pour le troisième tour en battant la Slovaque Kristina Kucova (203e et issue des qualifications) 6-2, 6-2.

La demi-finaliste 2017 affrontera la Croate Petra Martic (31e) pour une place en 8es de finale.

+

ANDREESCU FORCÉE DE SE RETIRER

Le retour à la compétition de Bianca Andreescu aura été de courte durée. La Canadienne s’est retirée des Internationaux de France, mercredi, en raison d’une blessure à l’épaule droite qui tarde à guérir.

C’est ce que l’Ontarienne âgée de 18 ans a confirmé dans un communiqué publié sur son compte Twitter officiel.

«Je suis déçue de devoir annoncer mon abandon de Roland Garros. C’est un moment difficile à vivre, mais après avoir discuté avec mes entraîneurs, mon équipe et les médecins, c’était la décision la plus sage à prendre après que j’aie ressenti de la douleur à l’épaule pendant mon match. Je vais maintenant me reposer et me préparer pour la portion du calendrier sur gazon. Merci de votre appui, et je reviendrai plus forte», pouvait-on lire.

Andreescu devait affronter l’Américaine Sofia Kenin, 35e joueuse mondiale, au deuxième tour jeudi.

La joueuse âgée de 18 ans avait offert une première indication de sa décision en matinée mercredi après s’être retirée du tournoi de double féminin, quelques heures avant son match avec sa partenaire hongroise Fanny Stollar.

Dernière Canadienne en simple

Elle était la dernière joueuse canadienne encore active en simple chez les dames, après la défaite de 6-2, 6-2 d’Eugenie Bouchard contre l’Ukrainienne Lesia Tsurenko mardi.

Denis Shapovalov, de Richmond Hill, en Ontario, a été évincé dès le premier tour par l’Allemand Jan-Lennard Struff lundi. Ses compatriotes Milos Raonic (genou) et Félix Auger-Aliassime (hanche) se sont retirés du tournoi en raison de blessures.

Andreescu effectuait un retour à la compétition après une pause imposée par une blessure à l’épaule droite survenue à la fin du mois de mars. Ce malaise est apparu après son triomphe au prestigieux tournoi d’Indian Wells.

Gabriela Dabrowski est la seule représentante de l’unifolié encore active, dans les tableaux de double.

La joueuse originaire d’Ottawa est la quatrième tête de série du double féminin, avec la Chinoise Yifan Xu. Elles ont rendez-vous avec la Roumaine Irina Bara et la Slovaque Dalila Jakupovic jeudi.

Dabrowski et le Croate Mate Pavic sont aussi les deuxièmes têtes de série du double mixte. Ils affronteront l’Américaine Kaitlyn Christian et le Danois Frederik Nielsen. La Presse canadienne