Le Lightning Tampa Bay a trébuché face aux Blue Jackets de Columbus.

L’élimination du Lightning ne laisse personne indifférent

TORONTO — Bruce Cassidy, l’entraîneur-chef des Bruins, ne l’a pas vu venir.

Et franchement, plusieurs autres non plus.

Au lendemain de l’élimination en quatre matchs d’affilée du Lightning de Tampa Bay — les champions du trophée des Présidents (selon le nombre de points en saison régulière) — aux mains des Blue Jackets de Columbus, les membres des Bruins de Boston et des Maple Leafs de Toronto ont réagi à ce dénouement qui a sidéré le monde du hockey.

«En séries éliminatoires de la Coupe Stanley, rien ne doit vous surprendre, a prévenu Cassidy. Une fois que vous y êtes, chaque équipe a une chance.

«Je n’aurais pas parié que le Lightning ne gagne pas un seul match en séries éliminatoires.»

«C’est étonnant, mais il s’agit du hockey des séries éliminatoires, a commenté l’ailier Zach Hyman des Leafs. Je ne pense pas que les Blue Jackets soient vraiment une huitième tête de série. Ils ont acquis de très bons joueurs à la date limite [des transactions]. Ils misent sur d’excellents joueurs. Mais le Lightning a établi de nombreux records, c’est donc assez surprenant.»

Ces records incluent celui d’avoir égalé la marque de 62 victoires et d’avoir récolté 128 points, le quatrième meilleur total de l’histoire de la ligue.

Le «désir de vaincre»

Le centre Auston Matthews des Leafs a avancé que le hockey disputé au printemps ne se résumait pas seulement au talent.

«Ce n’est pas ce à quoi les gens s’attendaient avec la saison qu’ils ont connue, a-t-il confié. Peu importe votre position finale en saison régulière. Tout dépend du désir de vaincre.»

Mais l’entraîneur-chef des Leafs, Mike Babcock, a souligné que la parité entre les équipes de la ligue est telle que rien ne devrait vraiment être une surprise en séries.

Et il sait de quoi il parle, ayant vécu une situation similaire avec les Red Wings en 2006.

«Entre nous, la différence n’est pas grande, a avancé Babcock. C’est le hockey. Souvent au cours de l’année, vous pensez que cette équipe va gagner à cause de sa fiche. Mais ce n’est pas aussi simple que ça.»