Nathan Légaré (29) a disputé deux matches au centre Robert-Guertin. Deux fois le capitaine du Drakkar de Baie-Comeau a marqué le but vainqueur de son équipe... devant les membres de sa famille de Gatineau et St-Pierre-de-Wakefield.
Nathan Légaré (29) a disputé deux matches au centre Robert-Guertin. Deux fois le capitaine du Drakkar de Baie-Comeau a marqué le but vainqueur de son équipe... devant les membres de sa famille de Gatineau et St-Pierre-de-Wakefield.

Légaré tranche encore pour le Drakkar à Guertin

Officiellement, Nathan Légaré est natif de Montréal, mais comme sa mère est Gatinoise, l’attaquant vedette du Drakkar de Baie-Comeau se sent pratiquement à la maison au centre Robert-Guertin où il se plaît à venir jouer les trouble-fêtes auprès des Olympiques.

Quelques jours après avoir signé un contrat avec les Penguins de Pittsburgh, Légaré avait marqué le but vainqueur en prolongation à son premier match de la saison au « Vieux Bob » le 27 septembre dernier.

Vendredi soir, il a encore marqué le but de la victoire à l’aide d’un tir foudroyant pendant un avantage numérique en troisième période. Le Drakkar a ainsi vaincu les Olympiques 2-1 pour mettre un terme à sa série de trois défaites de suite. De leur côté, les Gatinois ont encaissé un cinquième revers consécutif.

« J’ai toujours de bons matches quand je viens jouer ici devant ma famille. Ils sont plusieurs à venir de Gatineau et de St-Pierre-de-Wakefield. Ils devaient être une quarantaine ce soir. Ils m’apportent beaucoup d’énergie. J’avais aussi atteint le plateau des 40 buts la saison dernière dans un match à Guertin. J’aime ça, jouer ici », a dit celui qui a compté son 35e filet de la saison vendredi soir.

Les Olympiques (21-36-5) n’ont jamais été capables de vaincre le Drakkar (24-26-11) cette saison. Ils se sont inclinés à quatre reprises contre la formation de la Côte-Nord, dont trois fois par la marge d’un but.

Devant 2052 spectateurs vendredi, les Gatinois ont joué avec le feu en écopant de trois punitions consécutives en fin de deuxième période et au début de la troisième période. Ils avaient réussi à écouler les deux premières, mais le laser de Légaré sur une superbe passe du Letton Raivis Ansons aura fait la différence.

« On dirait bien qu’ils ont eu notre numéro toute l’année, a indiqué l’entraîneur-chef des Olympiques, Éric Landry. Ce n’est pas un manque d’effort ce soir. Nous avons tiré plusieurs fois en troisième période, mais c’est dur de revenir dans le match quand tu rates toujours le filet... »

Un tir en troisième

L’entraîneur a vu juste. Son club n’a obtenu qu’un tir sur le filet défendu par Lucas Fitzpatrick dans le dernier tiers alors que le pointage était de 1-1 après deux périodes. Au total, les Olympiques ont récolté 21 tirs au but. Le Drakkar a testé Rémi Poirier 29 fois.

« Rémi nous a gardés dans le match avec quelques beaux arrêts. Fitzpatrick a aussi été bon, mais nos punitions ont fini par nous coûter cher, pas seulement dans le momentum, mais aussi en demande énergétique », a dit Landry.

D’ailleurs, les trois buts du match ont été comptés sur le jeu de puissance. Raivis Ansons avait marqué le premier but. Le jeune défenseur de 16 ans Olivier Boutin lui avait assuré la réplique en première période.

La bonne nouvelle, c’est que les Mooseheads de Halifax ont aussi encaissé une défaite de 3-1 contre les Remparts de Québec vendredi. Les Olympiques conservent donc leur avance de quatre points sur l’équipe de 17e place de la LHJMQ, mais ils devront commencer à s’aider en gagnant des matches. Vendredi, au début d’une difficile séquence trois matches en trois jours, ils ont raté une belle occasion de récolter des points contre un club à leur portée.

« Il faut gagner des matches. On ne peut pas se fier aux autres équipes pour mériter notre place en séries. Nous avons perdu plusieurs matches serrés récemment et je pense que le classement commence à jouer dans la tête des joueurs. Nous ne sommes pas récompensés pour nos efforts », a ajouté Landry.

Des blessés

Le match a été coûteux pour les Olympiques. Ils ont perdu les services d’Émile Hegarty-Aubin et de Manix Landry pendant un long moment. Le premier n’est jamais revenu au jeu. Landry a essayé après avoir été frappé solidement au centre de la patinoire. Il a tenté un retour, mais il n’était visiblement pas à son aise.

Les Olympiques vont accueillir la meilleure équipe au Canada, le Phœnix de Sherbrooke, samedi soir. Ce sera le retour de leur ancien capitaine Charles-Antoine Roy. Ils iront ensuite compléter leur week-end à Boisbriand contre l’Armada.