Quelque 53,6 % des directeurs généraux voient LeBron James et Cleveland remporter le premier titre de la NBA de son histoire en juin 2016.

LeBron James et les Cavaliers favoris

Quatre mois après leur triomphe, les Warriors de Golden State ont étrangement perdu de leur éclat aux yeux de nombre d'observateurs qui leur préfèrent les Cavaliers de Cleveland de LeBron James et les Spurs de San Antonio, qui ont recruté LaMarcus Aldridge.
En juin, après avoir survolé la saison régulière (65 victoires contre 17 défaites), les Warriors avaient enthousiasmé la NBA en dominant Cleveland en finale (4-2) et en remportant le cinquième championnat de la NBA de leur histoire, le premier depuis 1975.
Stephen Curry, Klay Thompson et les autres étaient présentés alors comme l'une des équipes les plus séduisantes de l'histoire, la meilleure depuis 18 ans et les Bulls de Chicago de Michael Jordan selon les statistiques.
Mais à l'image des dirigeants d'équipes de la NBA consultés dans le traditionnel sondage d'avant-saison, les sceptiques se sont multipliés ces dernières semaines et semblent avoir oublié la glorieuse saison 2014-2015 de la franchise californienne.
Quelque 53,6 % des directeurs généraux voient ainsi Cleveland remporter le premier titre de la NBA de son histoire en juin 2016. San Antonio, champion de la NBA en 2014, mais éliminé dès le premier tour des séries en 2015, est donné favori par 25 % des dirigeants, tandis que Golden State n'a les faveurs que de 17,9 % d'entre eux.
 
<p>Le président américain Barack Obama a assisté mardi soir au coup d'envoi de la saison 2015-2016 de la NBA, opposant les Bulls de Chicago, dont il est un ardent supporteur, aux Cavaliers de Cleveland. En visite pour deux jours à Chicago, l'ancien sénateur de l'Illinois a été accueilli par des applaudissements nourris : il a ensuite enlevé sa veste, dénoué sa cravate, remonté les manches de sa chemise et tapé dans les mains des supporteurs des Bulls. </p>
Alignement identique
Les Warriors ont pourtant conservé l'intégralité de leur alignement, notamment le très convoité Draymond Green. Mais l'incertitude entourant l'entraîneur Steve Kerr, remplacé provisoirement par l'un de ses adjoints et convalescent après avoir été opéré à deux reprises au dos cet été, et des matchs de préparation laborieux ont suffi à remettre en cause leur triomphe de l'an dernier.
«Je m'excuse si nous sommes restés en bonne santé durant toute la saison, si on a loué notre style de jeu, si on a reçu beaucoup de trophées, individuels ou collectifs. Encore une fois, toutes nos excuses, on va rectifier cela cette année», a plaisanté Curry, meilleur joueur de la saison dernière.
«Les gens n'aiment pas et n'acceptent pas le changement, ils étaient habitués à voir Golden State au bas du classement», a asséné Draymond Green, très remonté.
La saison 2015-2016 pourrait être l'année tant attendue par Cleveland et ses supporteurs qui attendent le premier sacre de l'histoire des Cavaliers. Le «Big Three» de Cleveland composé de LeBron James, Kyrie Irving et Kevin Love n'a sans doute pas d'équivalent dan la NBA et «King James» est revanchard. «Le but est de gagner le titre NBA, mais ce qui s'est passé la saison dernière est de l'histoire ancienne [...] Chaque jour, on doit se comporter en champion, sur le terrain et en dehors. Il faut s'entraîner comme un champion pour être champion», a prévenu le double champion de la NBA.