LeBron James a encore été le cauchemar des Raptors, jeudi, alors qu'il a inscrit 43 points pour mener les Cavaliers à la victoire.

LeBron James encore trop fort pour les Raptors

TORONTO — LeBron James et sa bande ont fait un grand pas vers la finale de l’Est de la NBA en s’imposant pour la deuxième fois en trois jours dans le domicile des Raptors, jeudi à Toronto.

«King James» a été impressionnant dans la victoire de 128 à 110. Il a terminé la rencontre avec 43 points (19 sur 28 au tir!), 14 passes décisives et huit rebonds et a martyrisé les Raptors avec, de l’avis général, l’une de ses meilleures prestations de la saison, voire de sa carrière pour donner les devants 2-0 aux Cavaliers de Cleveland dans cette demi-finale.

Le joueur étoile de 33 ans a fait basculer la rencontre très serrée jusque-là (63-61 pour Toronto à la pause) durant le troisième quart, où il a marqué 15 points. Très critiqué depuis le début des séries, Kevin Love a aussi répondu présent avec 31 points, dont 10 dans le seul premier quart, et 11 rebonds.

«Jusqu’au bout»

Du côté des Raptors, qui ont encaissé un deuxième revers à domicile d’affilée pour une première fois cette saison, DeMar DeRozan a inscrit 24 points et Kyle Lowry, 21.

«Nous sommes à notre meilleur quand nous faisons face à de l’adversité», a assuré DeRozan. «Nous nous sommes déjà retrouvés dans des situations semblables et c’est parfois dans des situations comme celle-là que vous êtes à votre meilleur. C’est là où nous en sommes. C’est une course vers les quatre victoires. Nous le savons et nous allons nous battre jusqu’au bout.»

«Nous devons simplement travailler encore plus fort», a dit Lowry. «Je ne sais pas comment, mais nous devons le faire.»

Les Raptors devront maintenant trouver le moyen de remporter un match à Cleveland pour prolonger leur saison, même s’ils n’ont jamais gagné en cinq rencontres éliminatoires au Quicken Loans Arena dans leur histoire. Le match no 3 sera présenté samedi (20h30).

Les Raptors ont vu leur parcours être stoppé par les Cavaliers lors des deux dernières saisons : en finale de l’Est en 2016 et au deuxième tour le printemps dernier. Un joueur ou une équipe peuvent-ils avoir à ce point un avantage psychologique sur un adversaire?

«Je ne sais pas», a répondu James. «De notre côté, nous voulons simplement être à notre meilleur, peu importe l’adversaire, que ce soit les Pacers d’Indiana ou les Raptors de Toronto.»