N'ayant qu'un seul choix lors des trois premières rondes, le directeur général du Drakkar, Steve Ahern, n'est pas en position pour faire beaucoup de bruit à Shawinigan cette fin de semaine.

Le week-end du repêchage s'annonce tranquille pour le Drakkar

BAIE-COMEAU – Contrairement aux séances de 2016 (quatre choix de première ronde) et 2017 (deux choix de première ronde), le Drakkar de Baie-Comeau ne devrait pas animer le spectacle sur le parquet du Centre Gervais Auto de Shawinigan lors de la séance de sélection 2018 de la LHJMQ.

Cette fois, le directeur général Steve Ahern n’a pas de droit de parole au premier tour et tout laisse croire qu’il ne cherchera pas à en acquérir un, «à moins qu’on me le donne gratuitement», a-t-il lancé. Le premier choix 2018 du Drakkar est propriété de Rouyn-Noranda, qu’ils l’ont acquis de Sherbrooke deux jours après que le Phoenix l’ait reçu en retour de Justin Blanchette.

Le patron hockey du Drakkar est cependant intéressé à acquérir des joueurs d’expérience. Sans vouloir vendre la mèche, il convient être en discussion avec Sherbrooke et Québec, notamment. Dans le cas des Diables rouges, la teneur des discussions concerne l’acquisition d’un vétéran en retour d’un des deux choix de deuxième tour (2019 et 2020) que les Remparts ont échangé à Baie-Comeau l’hiver dernier contre Antoine Samuel.

La rumeur veut que ce joueur serait un défenseur d’expérience, les Remparts en comptant quelques-uns et le Drakkar ayant besoin de renfort à la ligne bleue, mais Ahern a assuré qu’il n’était pas en mesure de confirmer quoi que ce soit à ce chapitre.

Pour revenir au repêchage, Baie-Comeau n’a pas non plus ses propres choix de deuxième et de troisième tour, expédiés à Blainville-Boisbriand dans deux trocs différents. Dans les trois premières rondes, Ahern n’a donc pour l’instant qu’un choix de deuxième tour, celui de Moncton (échange de Keven Bouchard).

«Et ce n’est pas impossible qu’on recule un peu notre rang de sélection pour acquérir des choix supplémentaires», a souligné le dg en faisant valoir qu’il n’y a pas de talent exceptionnel comme Alexis Lafrenière dans cette cuvée 2018.

De l'aide à moyen terme

Pour ce repêchage, Steve Ahern a donné à son dépisteur-chef Pierre Desjardins le mandat «de nous dénicher des gars dans chacune des trois positions, soit attaquant, défenseur et gardien, qui seront en mesure de nous aider à moyen terme. On a 22 joueurs de l’an dernier qui peuvent revenir et on a aussi des joueurs du midget AAA à intégrer dans notre alignement», a-t-il déclaré pour expliquer le manque de places à bord du Drakkar pour une verte recrue.

Pour le reste, les représentants de la Côte-Nord ont au moins un choix dans les rondes 4 à 14, sauf la huitième. Le Drakkar aura le loisir de parler deux fois en cinquième, en septième et en dixième ronde.

Deux de ces choix supplémentaires ont été acquis lors de transactions qui ne datent pas d’hier. Celui de cinquième tour provient de Québec, en retour de Simon Boudreau, un échange conclu en… 2014. Quant au choix de septième ronde, il appartenait précédemment à Drummondville. Les Voltigeurs l’ont cédé en 2015 pour les droits sur Jasmin Boutet.