Le triathlon proposé par l'organisation du triathlon de Québec réunit raquette (5 km), patin de vitesse (12 km) et ski de fond (8 km).

Le Triathlon d'hiver: à Québec, puis à travers le monde

Le Québec UIT Triathlon d'hiver, présenté en première mondiale samedi à Québec à l'occasion du 10e Pentathlon des neiges, serait sur le point de s'exporter vers Chamonix, en France, de même qu'en Finlande, a appris Le Soleil.
Ces courses à l'international pourraient avoir lieu dès 2015. Si rien n'a encore été confirmé par l'organisation du Triathlon d'hiver de Québec ou par l'Union internationale de triathlon (UIT), la volonté des fédérations de triathlon internationales, elle, est bien réelle.
Une réunion de travail réunissant les fédérations de triathlon finlandaise, slovaque, russe, canadienne, québécoise et des membres de l'UIT est d'ailleurs prévue aujourd'hui à l'hôtel Château Laurier pour faire le point sur le développement de la discipline.
La Finlande et la France sont toutefois en tête de liste pour accueillir des compétitions. Toni Niiranen, président de l'Association finlandaise de triathlon, était en reconnaissance au Triathlon d'hiver de Québec, samedi. «Ce n'est plus un grand secret qu'on ait l'intention d'amener ce genre d'événement chez nous», a-t-il confié en entrevue au Soleil, emballé par ce qu'il a vu sur les plaines d'Abraham, samedi. S'il dit diriger un important club de triathlon à Helsinki, la capitale finlandaise, le Finlandais s'est gardé de mentionner un lieu ou un moment pour la tenue d'une éventuelle compétition.
Bien au fait de l'évolution de la discipline présentée à l'UIT pour la première fois en 2007 par François Calletta et Jean-Charles Ouellet, respectivement directeur général et vice-président du triathlon de Québec, M. Niiranen attendait avec impatience de la voir en pleine action. Ce dernier a apprécié «la majorité» de ce qu'il a vu, mais présentera quelques bémols lors de la réunion de travail d'aujourd'hui. «C'est comme ça pour chaque nouveau sport, il faut faire des ajustements», a-t-il dit, sans en préciser leur nature.
Unissant auparavant ski de fond, vélo et course à pied, le triathlon proposé par l'organisation du triathlon de Québec réunit plutôt raquette (5 km), patin de vitesse (12 km) et ski de fond (8 km). Des changements répondant aux critères de l'UIT, qui souhaitait trouver une formule permettant d'ajouter un triathlon aux Jeux olympiques d'hiver, le vélo et la course n'étant pas reconnus comme des sports d'hiver par le Comité international olympique.
Maintenant que le format est homologué et soutenu par l'UIT, le triathlon nouveau genre a le potentiel de se développer partout en Europe, voire de se tailler une place dans la programmation olympique, croit M. Niiranen.
La France aussi
Outre la Finlande, la France est aussi pressentie pour recevoir une compétition de triathlon d'hiver l'année prochaine. Michel Bourdier, du groupe FBI - spécialisé dans les événements de boxe - a admis samedi avoir l'intention d'attirer ce sport en sol français. Selon nos informations, la ville de Chamonix, dans les Alpes françaises, fait partie des plans. M. Bourdier a refusé de confirmer.
François Calletta, directeur général et organisateur du Pentathlon des neiges depuis sa création en 2005, ne cachait pas sa satisfaction, samedi, à quelques instants du grand départ de la classe Élite, à 14h. «Ils étaient déjà derrière nous [les membres de l'UIT]. Aujourd'hui, ils ont vu l'engouement et la force que ça représentait comme potentiel d'événement», a-t-il déclaré. Pas de doute selon lui avec «la carte de visite» que représente ce premier triathlon d'hiver que des développements à l'international sont imminents.
C'est donc avec une grande confiance en l'avenir du sport qu'il a fait naître avec Jean-Charles Ouellet que M. Calletta entamera l'importante réunion ce matin.
Une conférence de presse aura lieu lundi pour faire part du bilan des travaux réalisés par la rencontre de travail d'aujourd'hui.