Tiger Woods a participé à un premier tournoi majeur depuis sa dernière opération au dos. Il a conclu le tournoi avec un 69, sa meilleure ronde de la semaine, et un cumulatif de + 1.

Le Tournoi des maîtres en cinq coups

Le 82e Tournoi des maîtres a, encore une fois, fourni plein de sensations aux amateurs et aux spectateurs avec, en conclusion, la victoire de Patrick Reed.Voici mes faits marquants d’une semaine encore une fois exceptionnelle.

Encore une fois

Patrick Reed a tenu le coup devant les charges répétées de quelques joueurs pour remporter son premier veston vert, remis au vainqueur du Tournoi des maîtres. Comme c’est l’habitude au club Augusta National, le neuf de retour de la dernière ronde a fourni ses moments d’excitation pour offrir un autre excellent spectacle à tout le monde. Les Rickie Fowler, Jordan Spieth et Jon Rahm ont mené la cavalerie pendant un bout de temps, mais Reed a résisté à toutes les poussées. Sa performance sur les normales 5, il y a joué 14 sous la normale, lui a permis de remporter une victoire qui changera sa vie pour les prochaines années. Jumelé à Reed pour la dernière ronde, Rory McIlroy aurait bien aimé prendre sa revanche puisqu’il avait perdu contre l’Américain lors de leur match disputé pendant la dernière Coupe Ryder. Les deux ont des chances d’y croiser encore le fer en septembre, à Paris, pour cette occasion.

Le retour de Tiger

Il était attendu avec impatience pour son retour à Augusta, sa première présence dans un tournoi majeur depuis qu’il est bien remis d’une quatrième opération au dos. Les plus optimistes de ses admirateurs espéraient que le Tigre allait rugir et être sur les rangs pour récolter une cinquième victoire au Tournoi des maîtres. Malheureusement ça ne s’est pas produit. Pas qu’il ait si mal joué, mais il n’a pas su profiter des normales 5 et son jeu avec ses fers n’était pas toujours à point.

Quatre balles à l’eau

Jeudi, Sergio Garcia a eu un pointage de 13 pour le seul 15e trou, alors qu’il a envoyé quatre balles à l’eau, utilisant chaque fois le même bâton à partir du même endroit.

Il n’a pas fallu trop longtemps au champion en titre Sergio Garcia pour se sortir du tournoi. Déjà après son premier neuf trous, il avait concédé deux coups à la normale. Et ce n’était en comparaison avec ce qu’il allait connaître un peu plus tard dans la première ronde : un pointage de 13 pour le seul 15e trou, alors qu’il a envoyé quatre balles à l’eau, utilisant chaque fois le même bâton à partir du même endroit. Pourtant il a mentionné qu’il avait bien frappé la balle. Garcia a remis une carte de 81 pour sa première ronde. Ce ne fut guère mieux le lendemain avec son total de 78, ce qui le menait à une sortie très hâtive.

Imprévisible Phil

Phil «The Thrill» Mickelson porte bien son surnom. On ne sait jamais à quoi s’attendre avec lui. Se retrouvant parmi les meneurs après la première ronde, il a tout gâché au neuvième trou de la deuxième ronde. Un triple boguey suivi, au 12e trou, d’un double boguey, avec une balle à l’eau, ont été les déclencheurs d’un pointage final de 79, une de ses pires performances pour une ronde dans le cadre du Masters. Mickelson a résisté de justesse au couperet. Comme si ce n’était pas assez, il a amorcé sa troisième ronde avec un autre triple boguey. Plus tard, l’imprévisible Phil réussissait un aigle au 8e trou.

Une machine à dollars

On savait depuis l’an dernier que l’ancien centre de presse serait démoli pour faire place à une nouvelle boutique de souvenirs et de nouvelles concessions alimentaires. Même pour les habitués, on dirait que le bâtiment a toujours été là, tellement il est bien intégré à l’environnement. Même l’aménagement paysager semble avoir été là depuis des années. La clientèle a tout l’espace voulu pour bien circuler entre les divers étalages et disons que les produits ne manquent pas même s’ils sortent par milliers. S’il est facile d’acheter, il est encore plus facile de payer grâce aux 64 caisses qui ont été prévues pour accélérer la sortie.