Le capitaine Francis Joyon a effacé le record de Loïck Peyron, qui datait de 2012, par plus de quatre jours.

Le tour du monde à voile en 40 jours

Héros des temps modernes et de la mer, Francis Joyon a bouclé jeudi son tour du monde à la voile avec un petit équipage en seulement 40 jours, un record absolu.
Partis le 16 décembre au large d'Ouessant, en Bretagne, sur le maxi-trimaran de 31,5 m Idec Sport, Joyon et ses cinq coéquipiers ont franchi la ligne après 40 jours 23 heures 30 min 30 s pour s'emparer du Trophée Jules Verne. C'est 4 jours 14 heures 12 min 23 s de mieux que Loïck Peyron, à bord de Banque Populaire V (40 m) et avec 13 coéquipiers, en janvier 2012. 
«On est ravi», a dit en toute simplicité le capitaine Joyon, âgé de 60 ans, et joint par téléphone alors que la ligne est à près d'une heure des côtes.
«On a fait une crise d'enthousiasme terrible», a-t-il répondu avec sa lente intonation et un brin de malice quand il a été interrogé sur la manière dont il avait célébré cet exploit.
Quarante jours! Aucun marin n'aura jamais tourné aussi vite autour de la planète d'une seule traite, même si ces dernières semaines, la course au large n'a cessé de faire parler d'elle. Il s'agit en effet du troisième record en un mois. Le 25 décembre, Thomas Coville a battu le record du tour du monde en solitaire (49 j 3 h 7 min), détenu depuis huit ans par Joyon. Et le 19 janvier, Armel Le Cléac'h a remporté le Vendée Globe en un temps record de 74 j 3 h 35 min.
Le Trophée Jules Verne, une course autour du monde sans assistance externe, a été créé il y a 25 ans par Titouan Lamazou et Florence Arthaud, décédée tragiquement lors d'un accident d'hélicoptère dans un jeu télévisé le 9 mars 2015.
«Je suis un artisan de la mer», se plaît à dire Joyon, de sa voix douce et assurée. Mais le navigateur français, d'une discrétion absolue sur terre, est un monument de la voile, entré dans l'Histoire avec cet extraordinaire tour du monde en 40 jours.
Et dire qu'il n'est pas d'une famille de marins! Né dans le centre de la France, il a découvert la voile adolescent à l'occasion d'un stage scolaire. Bien plus tard, en 1990 à 34 ans, il récupère des morceaux de bateaux pour fabriquer lui-même son catamaran et participer à sa première Route du rhum. L'histoire est lancée.
Un loup solitaire
Depuis, il s'est adonné sans relâche à sa passion, enchaînant les records sans jamais jouer la carte du star-système ni de la surenchère technologique. Une aventure à sa mesure.
Joyon est la plupart du temps sur l'eau. C'est un loup solitaire, marié avec Virginie, la mère de leurs deux fils, Corentin et Damien, qu'il a rencontrée il y a 27 ans. Désormais, il a une envie : partir en mer longtemps, mais avec sa femme.
Et qui sait, peut-être se lancera-t-il encore dans des exploits, aux côtés de son fils Corentin, qui a rejoint son équipe, et qui, à 23 ans, rêve de marcher sur les traces de son illustre père.