Victor Wanyama (à droite), avec son premier de la saison, a réussi l’unique but de l’Impact, en deuxième demie.
Victor Wanyama (à droite), avec son premier de la saison, a réussi l’unique but de l’Impact, en deuxième demie.

Le Toronto FC bat l’Impact 2-1

Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Jozy Altidore a trouvé le fond du filet pendant la 89e minute de jeu pour donner au Toronto FC une victoire de 2-1 contre l’Impact de Montréal, mercredi soir au stade Saputo.

Peu visible jusque-là, Altidore s’est faufilé derrière la défensive montréalaise, où il a reçu une longue passe de Nick DeLeon avant de déjouer le gardien Clément Diop.

Pablo Piatti, en première demie, a inscrit l’autre filet des visiteurs.

Victor Wanyama, avec son premier de la saison, a réussi l’unique but de l’Impact, en deuxième demie.

Lors de sa visioconférence d’après-match, l’entraîneur-chef Thierry Henry essayait d’accentuer les éléments positifs de la performance de son équipe. Il a quand même admis que le but d’Altidore avait fait mal, plus à cause de la manière que du moment.

«On a réussi à les mettre en difficulté, comme eux aussi de temps en temps. C’est une équipe qui n’est pas facile à manoeuvrer. Vous voyez bien que c’est une équipe qui nous respecte parce qu’ils défendent bien bas contre nous. On a su se créer des occasions dans le jeu et on a marqué encore sur coup de pied arrêté», a-t-il d’abord mentionné.

«Donc, c’était énormément d’occasions dans le jeu, comme là-bas. Malheureusement, on prend ce but. Ce n’est pas quand on le prend, c’est comment on le prend qui est navrant. Mais voilà, il va falloir apprendre de nos erreurs.»

Avec ce revers, l’Impact (2-2-0) reste à six points dans la lutte pour une place en finale du Championnat canadien. C’est six de moins que le Toronto FC (4-2-0), qui disputait son dernier match de ce mini-tournoi canadien.

Ainsi, la formation montréalaise a besoin de gagner ses deux matchs contre les Whitecaps de Vancouver pour espérer participer à la finale. Il lui faudra aussi marquer plusieurs buts pour faire pencher le bris d’égalité en sa faveur.

«C’est toujours faisable», a affirmé le milieu de terrain Samuel Piette.

«Je vais continuer de le répéter : je pense qu’aucune équipe n’est imbattable, que ce soit à la maison ou à l’extérieur. C’est sûr que de jouer à l’extérieur, c’est toujours un peu plus compliqué. Oui, ça va être compliqué, mais ce n’est pas mission impossible.»

Au classement de la MLS, l’Impact (4-4-1) totalise 13 points.

Les joueurs de l’Impact doivent prendre la direction de Vancouver dans la journée de samedi en prévision du premier de leurs deux duels contre les Whitecaps, dimanche soir au BC Place. La formation montréalaise restera en Colombie-Britannique jusqu’au match suivant, le 16 septembre.

Pour la suite, on ne sait trop...

Rythme rapide

De toute évidence conscients de l’enjeu de ce match, les joueurs des deux formations ont amorcé l’affrontement avec énergie et rapidité et il n’a pas été nécessaire d’attendre très longtemps avant de voir les premières bonnes occasions de marquer. Surtout de la part des visiteurs.

Au fil des 20 premières minutes de la première demie, Diop a été appelé à effectuer trois arrêts, dont deux pas nécessairement commodes contre Piatti et Jonathan Osorio.

Pendant ce même intervalle, Saphir Taïder a eu deux chances de donner l’avance à l’Impact en l’espace de trois minutes, chaque fois à la suite de centres de Zachary Brault-Guillard.

À la première tentative, Taïder a fait dévier le ballon de la tête à la gauche de Quentin Westberg. À la seconde, la passe de Brault-Guillard a passé tout juste au bout de son pied, alors qu’il avait été oublié près du filet adverse.

Les efforts des Torontois ont finalement rapporté pendant la 32e minute de jeu lorsque Piatti a fait dévier derrière Diop un centre précis de Richie Laryea, malgré la tentative de repli d’Emanuel Maciel.

Cette première demie a été à l’avantage du Toronto FC, qui a gardé le ballon pendant presque 55 % du temps et tenté six tirs, dont cinq ont touché la cible. Pendant ce temps, l’Impact n’a tenté que deux tirs, et un seul tir cadré, celui de Romell Quioto pendant la 39e minute de jeu sur lequel Westberg a dû être alerte.

Plus fringant en début de deuxième demie, l’Impact est parvenu à créer l’égalité sur un jeu qui a nécessité la révision assistée par vidéo à la 53e minute de jeu. Wanyama a fait bifurquer le ballon de la tête derrière Westberg, après un coup franc de Quioto qui avait auparavant dévié sur Luis Binks.

À l’origine, le but avait été refusé, suscitant des protestations animées de la part de l’Impact, notamment de Piette. Il a fallu quelques minutes avant que l’officiel ne révise la séquence à l’issue de quoi il a renversé la décision et accordé à l’Impact le filet égalisateur.

Tout indiquait que c’est ainsi que se terminerait ce match, jusqu’au réveil d’Altidore.