Jonathan Vallée, Nazir Houhou, Marie Sandra Ujeneza et Dominique Fortin partagent un objectif commun en plus du ballon rond : mener le club Rouge et Or soccer vers le championnat.

Le sommet encore l'objectif du Rouge et Or

Le championnat, encore et toujours! Autant chez les filles et les gars, le Rouge et Or soccer de l'Université Laval, l'objectif ne change pas au fils des ans. «Il ne faut pas craindre d'avoir le courage de nos ambitions», martèle Samir Ghrib, l'entraîneur-chef de l'équipe masculine.
Son groupe entreprend sa 18e saison, vendredi, au Stade Telus-Université Laval contre l'UQTR, tout de suite après la rentrée locale de l'équipe féminine, qui a remporté son premier match de la saison 2017, en fin de semaine.
Pour Ghrib, l'attente a assez duré et il ne se gêne pas pour le dire haut et fort : «Ça fait trois ans qu'on n'est pas allé au Canadien, ça commence à être long», avoue le seul sélectionneur de l'UL depuis la naissance du programme.
Après quelques saisons où les embûches - suspensions de joueurs et inéligibilité d'un autre - ont privé sa formation de victoires au classement, le Rouge et Or masculin est prêt à mettre fin à sa disette.
«Ça peut paraître prétentieux, car ça fait 18 ans que je dis la même chose : ce qu'on se fixe, ce n'est pas l'objectif, mais les moyens pour l'atteindre. On espère repartir à la reconquête du sommet. Il s'agit de notre 18e saison, et j'estime qu'on a de fortes chances d'aller jusqu'au bout», indique celui dont le club est composé à moitié de nouveaux joueurs.
Il se réjouit du retour de Jonathan Vallée, «un produit de l'Académie de l'Impact qui comprend mieux et respecte plus le réseau universitaire, je m'attends à ce qu'il explose», notait Ghrib en point de presse, mercredi. Mais aussi de celui de Charles Joly, le joueur inéligible dont l'utilisation a coûté cher à l'UL, en 2016.
«Il est hyper important à notre alignement, il sera notre bougie d'allumage à l'attaque», ajoutait celui qui compte aussi sur le retour du vétéran de cinquième année Hugo Lapointe-Sénéchal, le meilleur buteur en 2016 Bastien Aussems et le gardien de deuxième année Nazir Houhou.
«C'est cela qui nous permet de gagner du temps dans notre processus, c'est l'ajout de recrues plus âgées qui rentrent en maîtrise. Parmi ces nouveaux visages, on retient le Français Christopher Lavie-Mienandy, qui jouait en division II de la NCAA à Tampa.
La dernière conquête du titre canadien du Rouge et Or masculin remonte à 2009, en Colombie-Britannique, où aura lieu le rendez-vous canadien à l'automne.
Titre à conserver
Championnes nationales en titre, les filles du Rouge et Or ont un peu de travail à faire pour atteindre leur niveau de jeu de 2016. Pour une simple raison : neuf joueuses de la dernière mouture de l'équipe ne sont pas de retour. Et non pas les moindres, puisque les Arielle Roy-Petitclerc, Léa Chastenay-Joseph, Gabrielle Lapointe et Joanie L'Abbé ont terminé leur stage universitaire sur une notre victorieuse.
«Nous avons de très bonnes nouvelles recrues, et pour l'avenir, c'est très intéressant. C'est avec des joueuses comme elles [les recrues] que l'on va continuer à performer, parce qu'une fois que tu y as goûté... On ne se contentera pas de deux titres, on va essayer d'aller en chercher un autre», indiquait l'entraîneur-chef Helder Duarte.
L'UL l'a emporté en 2014 et 2016, récoltant le bronze en 2015. Duarte estime avoir attiré les meilleures recrues disponibles, de Québec en plus, comme Dominique Fortin, joueuse collégiale par excellence au pays, qui saura porter le flambeau de la persévérante Marie-Sandra Ujeneza, finissante en 2017.