David Schlemko de San Jose fait la vie dure à Zack Kassian des Oilers.

Le sang-froid des Sharks a primé

L'expérience a de toute évidence joué en faveur des Sharks de San Jose, qui ont pris les devants 1-0 dans leur série de premier tour de l'association Ouest contre les Oilers d'Edmonton, mercredi soir.
Même s'ils tiraient de l'arrière 2-0 après 20 minutes de jeu, les Sharks ont repris du poil de la bête à compter du deuxième engagement et dominé les Oilers 34-9 au chapitre des tirs au but, en route vers une victoire de 3-2 en prolongation à la suite du filet de Melker Karlsson.
Joel Ward et Paul Martin ont fait vibrer les cordages pour les Sharks, qui ont atteint la série finale de la Coupe Stanley l'an dernier, avant de s'incliner en six parties devant les Penguins de Pittsburgh.
«Ce fut une grosse victoire», a reconnu l'attaquant des Sharks Tomas Hertl, qui a obtenu une mention d'aide sur le filet égalisateur tôt en troisième période. «Nous sommes revenus forts. La raison pour laquelle nous avons été aussi loin l'an dernier, c'est parce que nous venions constamment de l'arrière en deuxième et troisième périodes. Nous continuons de le faire. Si nous continuons de jouer de cette manière, nous gagnerons le prochain match aussi.»
Le capitaine des Sharks Joe Pavelski a mentionné qu'il ignorait si ce résultat s'expliquait par l'expérience ou encore le sang-froid de l'équipe lorsque les choses ne vont pas en leur faveur.
«Nous avons suivi le plan de match à la lettre et n'y avons pas dérogé, a-t-il évoqué. J'ignore si c'est l'expérience ou non, ou notre implication, ou peu importe ce que c'est, mais ç'a probablement joué un rôle dans le dénouement du match et ça pourrait également l'être pour les prochains affrontements.»
L'entraîneur-chef des Sharks, Peter DeBoer, a dit que le rendement de son équipe au début des séries éliminatoires est beaucoup plus révélateur que celui à la fin du calendrier régulier, après que ses hommes eurent perdu 9 des 13 dernières rencontres de saison régulière. «Ça n'a pas d'importance où nous nous trouvions en mars, a-t-il confié. Nous sommes ici, maintenant, nous jouons et c'est tout ce qui compte.»
Présences trop longues
De leur côté, les Oilers sont retournés à la table à dessin pour essayer de trouver comment contourner l'échec avant des Sharks, qui les a fait suffoquer, mercredi. «Dans une séquence ils ont fait trois changements et nous un seul, a dit l'attaquant Zack Kassian, après l'entraînement de jeudi. On ne peut pas se le permettre.»
«La longueur de nos présences a fait partie de l'ordre du jour, a ajouté l'ailier Jordan Eberle. Il faut garder un certain rythme et quand vous devenez fatigué en restant longtemps sur la glace, ça devient difficile.»
Champions en titre de l'Ouest, les Sharks se débrouillaient sans le centre Joe Thornton, qui est blessé au genou. Il a patiné jeudi et se sent mieux, mais on ne connaît pas encore son statut en vue du deuxième match à Edmonton, vendredi.
Thornton a reconnu qu'une victoire dans le premier match permet à l'organisation de jouer de prudence dans son cas. «Ça fait toute une différence, a-t-il dit. C'était une grosse victoire. J'espère pouvoir me joindre aux gars vendredi, mais on verra bien.»
Le deuxième match de la série aura lieu vendredi à Edmonton, avant que la série ne se déplace à San Jose dimanche.