Jean-Simon Desgagnés, Catherine Beauchemin, Félix Pilote-Lapointe et leur entraîneur Félix-Antoine Lapointe

Le Rouge et Or pense déjà aux Championnats canadiens de cross-country

À l’aube du Championnat provincial de cross-country qui aura lieu samedi sur les plaines d’Abraham, l’équipe du Rouge et Or de l’Université Laval pense déjà aux Championnats canadiens universitaires qui auront lieu à Kingston, le 9 novembre. Chez les hommes, il s’agira alors de faire oublier la quatrième place de l’an dernier alors que les coureuses du Rouge et Or devront défendre leur titre.

Les attentes sont hautes pour l’entraîneur-chef Félix-Antoine Lapointe, qui vise un neuvième titre québécois d’affilée pour ses coureurs et un troisième titre de suite pour son équipe féminine. «Pour le Championnat provincial, nous sommes favoris chez les hommes et chez les femmes. Ça pourrait être plus serré chez les femmes, car McGill a un bon programme et elles nous ont livré une chaude lutte toute l’année. Chez les hommes, nous sommes largement favoris puisque nous sommes le seul programme québécois dans le top 10 canadien», indique-t-il.

Classé quatrième au pays chez les hommes et troisième chez les femmes, le Rouge et Or visera ensuite un podium aux Championnats canadiens et peut-être la médaille d’or du côté féminin. Les têtes d’affiche seront Jean-Simon Desgagnés, qui a remporté ses cinq dernières courses et est aussi un espoir en vue des Jeux olympiques de Tokyo, et la championne québécoise en titre Jessy Lacourse, Catherine Beauchemin et Aurélie Dubé-Lavoie. «Les trois ont des possibilités de podium», indique l’entraîneur.

Deux futurs médecins

Par ailleurs, le Rouge et Or a la particularité d’aligner deux futurs médecins parmi ses athlètes d’élite. Jean-Simon Desgagnés et Catherine Beauchemin passent en effet une bonne partie de leur temps au pavillon Vandry. «C’est ma troisième année, alors comme je suis encore dans le préclinique, c’est plus facile à gérer puisque j’ai beaucoup de cours à l’université. La faculté est très accommodante et me permet d’avoir un parcours où je peux concilier le sport avec mes études», explique Jean-Simon.

À l’approche des Jeux olympiques, il vivra une année axée davantage sur le sport que sur les études et les tendances seront renversées l’an prochain, alors qu’il débutera son externat. Catherine Beauchemin, elle, avoue qu’elle a dû passer par une période d’adaptation l’an dernier, à sa première année de médecine. «À la première session, tu as six cours, alors c’était plus difficile, mais je me suis bien adaptée.»

Les deux athlètes sont déterminés à offrir de solides performances en fin de semaine et aux Championnats canadiens. «Je veux terminer premier et ne changerai pas une recette gagnante. Mon objectif est d’être à mon meilleur pour les Championnats canadiens. Ensuite, j’aurai quelques courses cet hiver pour les Universiades et les Jeux panaméricains et, jusqu’au 26 juin, des courses pour le standard olympique. Je suis présentement entre le 65et le 70e rang mondial et les athlètes choisis pour les Jeux doivent être parmi les 45 meilleurs au monde, en plus de finir parmi les trois meilleurs de leur pays», explique celui qui voit son rêve olympique comme un objectif réaliste.

Catherine Beauchemin insiste pour sa part sur le fait que chaque position compte au classement et se réjouit du fait que sa coéquipière Anne-Marie Comeau sera de retour aux Championnats canadiens après une saison où elle s’est concentrée davantage sur la course sur route. «Elle ne peut pas faire les provinciaux en fin de semaine, mais ce sera un atout important pour nous au niveau national», indique-t-elle.

Leur coéquipier Félix Pilote-Lapointe souligne de son côté l’importance pour son équipe de gagner sur les plaines d’Abraham, un terrain qu’ils connaissent bien. «Nous avons aussi l’avantage de la profondeur avec plusieurs gars qui peuvent finir dans le top 10. Personnellement, j’aimerais bien avoir une deuxième place cette année aussi», déclare-t-il en terminant.