Kevin Mital qui a mené le Réseau sport étudiant Québec (RSEQ) avec 17 touchés et 1058 verges en 2018 se joint au Rouge et Or après un passage aux États-Unis avec l'Orange de Syracuse.
Kevin Mital qui a mené le Réseau sport étudiant Québec (RSEQ) avec 17 touchés et 1058 verges en 2018 se joint au Rouge et Or après un passage aux États-Unis avec l'Orange de Syracuse.

Le Rouge et Or met la main sur un receveur de passes étoile

L’équipe de football du Rouge et Or de l’Université Laval vient de s’enrichir d’un receveur de passes étoile alors que l’ancienne vedette du Phénix du Collège André-Grasset Kevin Mital a décidé de revenir au Québec après avoir passé un an à l’Université de Syracuse, dans l’état de New York.

«C’est une décision qui a zéro rapport au foot. Quand je suis revenu ici à cause de la COVID, je me suis assis et j’ai parlé à ma famille. La question que je me suis posée, c’est si je me voyais rester quatre ans là-bas, loin de ma famille et la réponse était non», explique au Soleil l’athlète de 21 ans qui voulait avant tout se rapprocher de ses parents et de sa copine.

Celui qui a mené le Réseau sport étudiant Québec (RSEQ) avec 17 touchés et 1058 verges en 2018 a aussi pris soin de s’entretenir avec l’entraîneur des receveurs de Syracuse, Justin Lustig. «Il comprend ma décision, il ne m’en voulait pas et il m’a dit qu’il espérait que je poursuive mes études et que je continue de jouer au football.» 

Rouge et Or

Quant à sa décision de choisir le Rouge et Or, elle s’imposait d’elle-même selon le principal intéressé. «Si je n’allais pas aux États-Unis, Laval avait toujours été mon premier choix et je l’avais dit publiquement. J’ai beaucoup de respect pour M. Constantin et aussi pour l’organisation. Il y a de belles installations et tu n’es pas au milieu de la métropole avec trois équipes universitaires et une équipe pro. À Québec, le Rouge et Or, avec la LHJMQ, c’est vraiment le centre de la vie sportive», indique-t-il pour expliquer ce qui a motivé sa décision.

Mital a tout de même pris le temps de s’entretenir avec l’entraîneur des Carabins de l’Université de Montréal, Marco Ladeluca, qui avait été son coordonnateur offensif à sa dernière année à Grasset. «Marco m’a «coaché» avec Team Québec en 2016 et à Grasset en 2018 et mon entraîneur-chef au collégial était son frère Tony Ladeluca. Bien sûr que Marco me voulait à Montréal, et je trouvais important de bien lui expliquer ma décision, car sans Tony et sans lui, je ne pense pas que je serais encore aux études. Pour moi, ils sont comme une famille.»

Entrée compliquée

L’arrivée de Mital avec l’Orange de Syracuse, où évoluent aussi les Québécois Matthew K. Bergeron, Geoff Cantin-Arku et Patrick Davis, n’avait pas été simple l’été dernier. «J’ai reçu ma bourse très tard durant l’été. J’avais reçu un premier refus, car j’ai complété mon cégep et que l’université n’était pas habituée à transférer des notes de cégep puisque la plupart de leurs étudiants proviennent des «high schools». Mais après ma première session, ils ont vu que tout allait bien, j’avais une moyenne (Grade Point Average) de 3.56 (l’équivalent d’environ 89 %)», explique-t-il.

Tout cela a quand même fait que Mital est arrivé à Syracuse seulement la dernière semaine d’août. «J’ai manqué le précamp d’été, le camp, alors je n’ai pas joué de la saison, ce à quoi je m’attendais. Je n’avais pas eu le temps d’apprendre le livre de jeux. Ensuite, après les Fêtes, en deuxième session, j’ai pris beaucoup de bagage très rapidement. Les «coachs» étaient contents de voir comment j’étais sorti et m’avaient dit que je jouerais cet automne», raconte-t-il.

Mais voilà, c’était avant que Mital attrape le mal du pays et décide de rester au Québec. «Tu sais, si je n’avais pas tenté l’expérience à Syracuse, je crois que j’aurais regretté de ne pas avoir essayé. Maintenant, je suis de retour et, comme je n’ai pas joué depuis le Bol d’or en novembre 2018, je suis en pleine santé et pour cette saison, je te dirais que j’ai faim», illustre-t-il en terminant, espérant bien sûr que le football universitaire puisse reprendre normalement cet automne.