Le Rouge et Or de l’Université Laval avait connu un match difficile lors de la Coupe Vanier 2017 contre Western. Les Mustangs avaient remporté le titre universitaire canadien par la marque de 39-17.

Le Rouge et Or en quête d’une revanche

Après une victoire facile en demi-finale contre les X-Men de St. Francis Xavier, le Rouge et Or se frottera aux Mustangs de l’Université Western Ontario en finale de la Coupe Vanier. Un duel aux allures de revanche qui était attendu par les joueurs et l’entraîneur de Laval.

À cause de leur défaite de 39 à 17 en finale l’an dernier contre les Mustangs, plusieurs vétérans et même des recrues du Rouge et Or souhaitaient ouvertement, dès la fin du match de la Coupe Uteck, retrouver l’équipe de London en grande finale cette année sans connaître encore le résultat de la demi-finale qui l’opposait aux Huskies de l’Université de Saskatchewan.

«En tant que compétiteur, c’est certain qu’on aimerait revoir Western. Mais que ce soit Western ou Saskatchewan, ce sont deux équipes qu’on a déjà vues en finale de la Coupe Vanier», a déclaré l’entraîneur Glen Constantin.

Il a cependant rappelé que son équipe avait presque établi une «tradition» de venger ses revers en Coupe Vanier la saison suivante. «C’était le cas en 2005, quand on a perdu contre Saskatchewan. L’année suivante, on a gagné la Coupe Vanier contre eux. Même chose en 2011 quand on a perdu contre McMaster, on est revenus en 2012 pour les battre en finale.»

Le quart-arrière Hugo Richard tenait le même discours, affirmant qu’il aimerait bien revoir les Mustangs en grande finale. «Est-ce que je vais regarder le match [de demi-finale] à la télé? Ça, je ne sais pas par exemple, on va voir», a-t-il déclaré samedi.

Vincent Forbes-Mombleau avait lui aussi une préférence pour Western même s’il n’était pas un Rouge et Or au moment de la défaite de l’an dernier. «Ce serait bien de pouvoir se reprendre. Je n’étais pas là l’an passé, mais j’ai regardé le match à la télé et les gars m’en parlent beaucoup.»

Le joueur de ligne défensive Mathieu Betts, lui, ne semblait pas vraiment avoir de préférence. «Ce qu’on veut, c’est gagner la Coupe Vanier. Ça pourrait être contre Western, contre Saskatchewan ou même contre Montréal, ça n’aurait pas d’importance.»

Quant au porteur de ballon Alexis Côté, qui a été utilisé à profusion en deuxième demie samedi alors que le match était hors de portée des X-Men, il s’attend à passer une bonne partie de la finale sur le banc et accepte très bien la situation.

«Je sais que ce sont les deux autres porteurs [Christopher Amoah et Vincent Breton-Robert] qui auront le ballon pour commencer le match. C’est correct comme ça, ce sont mes amis et je les aime beaucoup», a-t-il résumé.