Samuel Thomassin est le seul membre de la ligne offensive à se tailler une place dans l’équipe d’étoiles.

Le Rouge et Or éclairé par 10 étoiles

Sur son parcours éliminatoire qui s’amorce samedi, le Rouge et Or sera éclairé par 10 de ses joueurs nommés parmi les étoiles de la conférence Québec.

Tradition d’avant-veille de séries, le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) a dévoilé jeudi ses étoiles en football universitaire. Des 27 élus à autant de positions, 10 s’alignent avec l’équipe de l’Université Laval, championne de la saison.

Bel équilibre avec quatre éléments en attaque, quatre en défensive et deux au sein des unités spéciales. Il s’agit du quart-arrière Hugo Richard, du receveur Jonathan Breton-Robert, du centre-arrière Simon Gingras-Gagnon, du garde Samuel Thomassin, de l’ailier défensif Mathieu Betts, du bloqueur Vincent Desjardins, du secondeur de couverture Adam Auclair, du demi défensif Gabriel Ouellet, du retourneur Antony Dufour et du botteur de précision David Côté.

Le vote des cinq entraîneurs-chefs et du commissaire ont aussi mis en lumière le travail de neuf Carabins, quatre Stingers, deux Vert & Or et deux Redmen.

Trois choix unanimes chez le Rouge et Or

Parmi cinq choix unanimes des six votants, on compte Richard, Gingras-Gagnon et Auclair. Le quart de quatrième année est de retour parmi les étoiles après deux saisons hors de la constellation.

«C’est une chose d’être bon, c’en est une autre de rendre tout le monde autour de toi meilleurs. C’est ce que Hugo parvient maintenant à faire», le louange l’entraîneur Glen Constantin, soulignant son ratio «phénoménal» de 11 passes de touché contre trois interceptions en saison régulière.

Primé pour une deuxième année en deux dans les rangs universitaires, Auclair fait partie d’un trio parfait chez le Rouge et Or avec Betts (3 en 3) et Côté (1 en 1). Auclair ajoute à l’exploit d’avoir été étoilé à deux positions différentes, étant demi défensif l’an dernier.

La nomination de Gingras-Gagnon, sans doute l’étoile la moins connue, fait plaisir à au coach. Dans l’ombre, le 83 «fait tout bien», autant en attaque que sur les unités spéciales ou dans ses cours de génie géomatique.

Godin, le grand oublié

Pour la première fois en cinq ans, la ligne offensive du Rouge et Or n’a pas au moins trois de ses membres parmi les étoiles québécoises. Le garde à droite de troisième année Thomassin est le seul, pour sa deuxième nomination.

«On sait qu’il y a beaucoup de politique là-dedans, mais [le garde à gauche] Samuel Lefebvre et [le centre] Louis-Gabriel Beaudet aussi le méritaient», a commenté Thomassin, calculant que Lefebvre était aussi bon, sinon meilleur que l’an passé alors qu’on l’avait étoilé.

Les deux étoiles du Vert & Or, visiteur au PEPS samedi, sont le centre Francis Lapointe et l’autre garde élu, Antoine Demers. Reste donc au Rouge et Or de prouver sa supériorité sur le terrain, estime Thomassin.

Constantin identifie l’ailier défensif Edward Godin comme le grand oublié. Dans l’ombre d’un Betts, le vétéran de cinquième année abat un boulot colossal, selon son patron. «Dans le match contre Montréal, il a été une étoile plus que moi et peut-être même plus que Mathieu», appuie le plaqueur Desjardins.

Le match de samedi commence à 13h, alors que 7250 billets ont été vendus jusqu’ici. La demi-finale a attiré 8067 et 8814 spectateurs au stade de l’UL, ces deux dernières années. L’autre demi-finale, télédiffusée à TVA Sports samedi (14h), oppose les Carabins aux Stingers.