Le Rouge et Or a profité d’un entraînement qu’il a tenu avant son match contre le Crimson pour se familiariser avec les installations du gymnase de l’Université Harvard.

Le Rouge et Or brille à Harvard

«J’ai battu le Crimson de Harvard», ça se place bien dans une conversation.

Les joueurs de volleyball du Rouge et Or de l’Université Laval pourront maintenant s’en vanter. Mercredi soir, à la prestigieuse université de la région de Boston, les gars de Québec ont arraché la victoire trois manches à deux aux comptes de 20-25, 25-22, 25-19, 19-25 et 15-9.

Mais les festivités pourraient être de courte durée pour les représentants de l’UL. Les deux équipes reprennent les hostilités jeudi soir dans le gymnase du Malkin Athletic Center pour boucler ce court voyage de deux matchs du Rouge et Or au Massachusetts. Les visiteurs se permettront auparavant un petit tour du célèbre campus, dans la journée de jeudi.

«C’est un style complètement différent de ce qu’on a vu contre Brandon durant les Fêtes, mais on les a affrontés de la même façon, sans les bloquer. Ils ont 10,5 blocs contre seulement 2 pour nous, mais on a 40 reprises défensives contre 33», analysait l’entraîneur-chef Pascal Clément, joint au téléphone après la rencontre, alors que l’équipe s’arrêtait pour un repas de burger et lait frappé bien mérité.

Vicente Parraguirre et Alexandre Obomsawin ont été dévastateurs en offensive avec chacun 23 attaques marquantes, pendant que du centre, Chhavanith Ponn réussissait 11 de ses 15 attaques (73 %). Sur l’ensemble du match, le Rouge et Or a réussi 37 % de ses frappes, surpassant sa cible de 35 %, explique Clément. En comparaison, Harvard a quand même frappé pour 42 %.

Vingtième aux États-Unis

Champion de l’Eastern Intercollegiate Volleyball Association (EIVA) en 2018 pour la première fois en 37 ans d’histoire, le Crimson se classe 20e aux États-Unis à l’aube de la nouvelle saison. L’équipe dirigée par Brian Baise n’a par contre pas encore goûté à la victoire en quatre rencontres préparatoires jusqu’ici.

Les volleyeurs de Harvard ont réalisé un voyage du Nouvel An en blanc de trois revers, en Californie, contre les formations classées 1re (Long Beach State), 10e (Santa Barbara) et 11e (California State University) aux États-Unis. Ils amorcent leur calendrier régulier dans quelques jours.

De son côté, le Rouge et Or a déjà franchi la mi-parcours de sa campagne avec une fiche globale de 13-3, 8-0 en matchs de ligue, et le deuxième rang au palmarès canadien. Le championnat canadien se tient en mars, justement à Québec, tandis que le Final Four américain a lieu en mai.

Le Crimson compte dans ses rangs le passeur Matthew Ctvrtlik, fils du légendaire Bob Ctvrtlik, attaquant-réceptionneur étoile de l’équipe américaine championne olympique en 1988. Le paternel revendique trois participations olympiques et deux médailles. Dans le match de mercredi, fiston a enregistré 43 assistances, un record personnel, tandis que le passeur de l’UL, Ethan Ellison, en a inscrit 60.

Le défi sera maintenant de coller une deuxième victoire contre un adversaire aussi puissant sans compter sur l’effet de surprise du premier affrontement, souligne coach Clément. Ce que le Rouge et Or n’avait pas été en mesure de faire contre Brandon, il y a deux semaines. La troupe du Manitoba s’est depuis hissée au sommet du classement canadien.

En janvier 2014, le Crimson de Harvard était venu affronter le Rouge et Or à l’Université Laval et chacun avait remporté une victoire.