Les Lavalloises ont remporté une victoire de 62 à 54 face aux Citadins de l'UQAM en finale provinciale.  

Le Rouge et Or accède au championnat canadien

Pour une deuxième année consécutive, les basketteuses du Rouge et Or sont championnes du RSEQ et pour une quatrième année, elles seront du Championnat canadien. Opposées aux Citadins de l’UQAM en finale provinciale, les Lavalloises ont remporté une victoire de 62 à 54 dans un duel serré qui a tenu les 1613 amateurs sur le bout de leur siège jusqu’à la fin de la rencontre.

Interrogé si la victoire de cette année était plus gratifiante que celle de 2019 parce sa formation n’était pas aussi talentueuse que celle qu’il dirigeait la saison dernière, Guillaume Giroux a mentionné que la victoire de ses filles n’était pas une surprise parce qu’il savait qu’il avait un groupe assez expérimenté qui avait passé par le même chemin en 2019, et ce, même si certaines filles n’avaient pas joué beaucoup.

«J’ai tout le temps été un coach qui faisait jouer son monde pas mal. Et les filles ont super bien réagi. Des athlètes qui ne jouaient à peu près pas l’an passé qui ont eu une belle année et de super belles séries. Oui la victoire c’est gratifiant. Et je suis content. Gagner c’est toujours le fun. Il y a toujours des histoires différentes qui viennent avec ça. Mais les efforts sont les mêmes. L’année passée on avait une grosse équipe mais on avait travaillé fort de la même façon que cette année même si les matchs avaient été peut-être un peu plus faciles.

Giroux n’a pas manqué de souligner la performance de ses joueuses. Il a ainsi vanté Khaléann Caron-Goudreau. Il a mentionné qu’il aurait aimé lui permettre de prendre une pause méritée, mais qu’il n’avait pu le faire parce que le match était trop serré. Il n’a pas caché qu’il s’attendait à ce que ses basketteuses marquent davantage de points en début de rencontre mais il a ajouté que l’opposition des Citadins avait été de tous les instants.

«On sait que des matchs comme celui-là sont des batailles de tranchées. On sait que dans les séries, les séparations vont être un peu moins grandes et que ça va être plus difficile mais j’aurais parié qu’on en aurait mis une couple de plus dedans. Les deux trois points en fin de première demie ont été énormes. Et les trois lancers francs de Khaléann à la fin du troisième quart, ont vraiment fait une grosse différence dans le match. Il y a eu de gros jeux.»

Giroux a tenu à répéter combien il était fier de ses joueuses. Il a expliqué que son équipe avait connu des hauts et des bas cette saison et ses basketteuses avaient décidé par elles-mêmes de changer les choses en fin de calendrier à la suite d’une humiliante défaite contre Concordia.

«Nos filles d’expérience ont vraiment fait la différence et toutes les joueuses ont contribué à leur manière. C’est une équipe différente de celle de l’an dernier, mais nous avons réussi à répéter nos exploits et j’en suis vraiment fier». 

«Ce qui est le fun avec ce groupe là c’est qu’il y a des filles qui jouent quatre minutes lors de la demi-finale et qui en jouent 28 lors de la finale. À chaque match, on ne sait pas qui va stepper up, qui va embarquer et nous donner de bonnes minutes. Marie-Pier Champagne a été une bougie d’allumage. Elle est tough. Dans un style de match comme ça elle est nord-sud. Elle va faire des erreurs mais elle va y aller vraiment jusqu’au bout. J’ai vraiment aimé son effort.»

Finir à la maison

Héroïne du Rouge et Or, Khaléann Caron-Goudreau rayonnait. Originaire de Gatineau, elle s’était fixé comme objectif de remporter un deuxième championnat provincial consécutif de manière à terminer sa carrière à l’UL sur une note gagnante mais aussi de finir son stage universitaire en prenant part au Championnat canadien.

«Je voulais absolument gagner. Je voulais ma finir ma carrière au canadien, à Ottawa, dans ma maison. Et gagner deux fois de suite le championnat provincial, je ne peux pas être plus heureuse.»

La joueuse défensive de l’année au Québec a indiqué qu’elle n’avait pas parlé directement de son objectif à ses coéquipières. Elle a ajouté que ses collègues savaient que le national était joué à Ottawa et qu’elle voulait terminer sa saison de la bonne manière.

«Elles aussi voulaient terminer sur une bonne note et elles savaient ce que ça voulait dire pour moi.»

Reconnue pour son jeu défensif, Khaléann s’est distinguée samedi avec 23 points et 11 rebonds. Carrie-Ann Auger en a marqué 13 et Maude Archambault 10. Auger a aussi obtenu 5 vols de balle dont un crucial dans la dernière minute du quatrième quart.