Kétel Assé et Christophe Gagné sont déterminés à donner le maximum pour amener le Rouge et Or à la Coupe Vanier.

Le retour réussi de Christopher Gagné

Après deux saisons où il a joué de façon sporadique, le secondeur Christophe Gagné a su profiter des occasions qui se sont présentées à lui cette année pour prendre sa place au sein de l’alignement partant du Rouge et Or de l’Université Laval. Et de belle façon puisqu’il a terminé la saison avec 21 plaqués, ce qui le place parmi les cinq meilleurs des siens à ce chapitre, et 3,5 sacs du quart, un sommet qu’il partage avec son coéquipier Alexandre Gagnon.

L’absence de Dan Basambombo, qui n’a pas répondu aux exigences académiques pour faire partie du Rouge et Or cette année, a ouvert dès le début de la saison une porte dans la brigade défensive pour le natif de Québec qui avait été utilisé surtout au sein des unités spéciales au cours des deux dernières campagnes.

«Il y avait moi, Alec [Poirier] et [Frédéric] Pongo, mais Alec est blessé depuis le match contre Concordia et Fred s’est blessé contre les Carabins», raconte-t-il pour expliquer comment il a été amené à prendre encore plus de place au sein de la défensive lavaloise en fin de saison. «Même si j’ai moins joué en 2017 et 2018, je n’ai jamais regretté ma décision de venir à Laval. Pour un petit gars de Québec comme moi, c’était un rêve. J’avais déjà vécu la Coupe Dunsmore en 2016, mais là, ce sera agréable de pouvoir contribuer un peu plus sur le terrain.»

Dès son arrivée avec le Rouge et Or, l’ancien des Lions de l’école préparatoire Kent, dans le Connecticut, avait adopté la philosophie de l’équipe. «Je savais que je ne jouerais pas la première année. J’ai passé un bon deux ans sur le banc et c’est normal avec des gars comme Marc-Antoine Varin qui était là au poste de secondeur. Le rôle qu’on m’a donné l’an passé, j’ai embarqué dedans à 100 %. C’est ça, Laval, c’est l’abnégation», enchaîne-t-il. 

Malgré cette période sans toucher le terrain en défensive, Gagné assure que cet aspect du jeu est toujours demeuré présent dans son entraînement. «Je n’ai jamais délaissé la défensive, car j’ai toujours gardé une bonne compréhension du système. Comme partant, je peux contribuer directement sur le terrain. Moi et Kean [Harelimana], on a maintenant un rôle très important sur le jeu au sol», analyse-t-il.

Demi-finale

Pour la demi-finale québécoise contre Concordia, Gagné et le bloqueur Kétel Assé sont déterminés à donner le maximum pour propulser l’équipe sur le chemin qui mène jusqu’au tournoi de la Coupe Vanier. «Même s’ils ont beaucoup misé sur la passe, je crois que les Stingers vont tenter d’établir le jeu au sol comme ils l’avaient fait à leur dernier match contre les Carabins. Ils ont un jeune porteur de ballon, Kevin Foster-Verdier, qui est assez physique et qui n’a pas peur d’aller à pleine vitesse», a déclaré Gagné.

Quant à Assé, qui termine sa cinquième année et savoure donc ses derniers matchs universitaires, il veut s’assurer de conclure sur une bonne note. «Je veux une troisième bague, lance-t-il en faisant référence à ses deux bagues de la Coupe Vanier. «Et je prends toutes ces parties comme des petits bonbons», ajoute-t-il. Assé n’a cependant pas l’intention de mettre le football de côté après cette saison. «Non, ça ne va pas s’arrêter après le 23 novembre. On verra si ça se poursuivra dans la Ligue canadienne de football ou la NFL.»

Nommé pour une deuxième saison dans l’équipe d’étoiles du Réseau de sport étudiant du Québec (RSEQ), Assé refuse aussi de prendre tout le crédit de cet honneur qu’il partage avec ses compagnons de ligne Samuel Thomassin et Samuel Lefebvre. «Je ne joue pas pour les honneurs individuels. Cette nomination, je la dois autant à Carl Brennan [entraîneur de la ligne offensive] et Justin Éthier [coordonnateur offensif]», conclut-il.