Le maire Régis Labeaume a déjà assuré que la ville de Québec était «incontournable» pour la Ligue nationale de hockey.

Le retour des Nordiques n'a rien à voir avec la politique, soutient Labeaume

Appelé à réagir aux propos de François Legault, qui a soutenu que la ferveur indépendantiste de Pierre Karl Péladeau était un obstacle au retour des Nordiques, le maire de Québec, Régis Labeaume, soutient qu'«il ne faut pas connaître la Ligue nationale pour dire ça».
«Je vais vous dire une chose, ces gens-là [de la Ligue nationale de hockey] n'ont aucun état d'âme là-dessus, aucun. La Ligue nationale de hockey, c'est un très, très gros business où la priorité, c'est l'argent. Le produit qu'on donne au public, quels sont les bénéfices maximums qu'on peut retirer, alors je pense qu'ils se foutent complètement de toutes ces questions-là. Ils se demandent juste si Québec va leur profiter à eux, est-ce que ça va leur amener de l'argent dans leurs poches. Le reste, ça ne les intéresse pas pantoute», a répliqué le maire, en marge d'un point de presse sur l'événement Bordeaux fête le vin.
«Et vous pensez visiblement que Québec peut leur profiter?» a demandé un journaliste. «Ben, on n'aurait pas construit un amphithéâtre...», a lancé le maire, sans vouloir extrapoler sur ce sujet.
Aucune promesse
En février dernier, le maire Labeaume se défendait toutefois d'avoir promis une équipe de la Ligue nationale de hockey en annonçant la construction de l'amphithéâtre. «Est-ce que j'ai déjà promis qu'il y aurait un club de hockey en construisant l'amphithéâtre? Jamais. La vérité, c'est ça.»
Sans vouloir condamner les politiciens qui expriment leur opinion au sujet du retour des Nordiques et de la souveraineté, le maire de Québec a réitéré jeudi que personnellement, ça ne l'inquiétait pas.
«Je ne pense pas qu'ils [les décideurs de la Ligue] se sont posé bien des questions politiques avant de signer le contrat [de télédiffusion] très lucratif avec Québecor et Rogers», a-t-il fait valoir.