L’Espagnol Rafael Nadal s’est imposé dimanche pour la 11e fois de sa carrière à Roland-Garros en remportant la finale masculine en trois sets (6-4, 6-3, 6-2) devant l’Autrichien Dominic Thiem.

Le règne de Nadal se poursuit à Roland-Garros

PARIS - L’Espagnol Rafael Nadal a de nouveau remporté les Internationaux de France, cette fois grâce à une victoire de 6-4, 6-3, 6-2 aux dépens de l’Autrichien Dominic Thiem.

Nadal a eu besoin de cinq balles de championnat avant de triompher de Thiem, qui a comblé un retard de 40-0 sur le service de l’Espagnol pour faire durer le suspense. Il a ensuite recréé l’égalité après que Nadal eu pris l’avantage.

Un revers un peu trop long — la dernière des nombreuses fautes directes de l’Autrichien — a finalement permis à Nadal de l’emporter.

La domination de Nadal n’a jamais fait de doute dans ce duel, malgré un petit souci au troisième set. En avant 2-1 et 30-15 au service, le tennisman de 32 ans a eu recours à un temps d’arrêt médical, alors qu’il n’était plus capable de déplier le majeur de sa main gauche, avec laquelle il tient sa raquette.

Au changement suivant, il a reçu une pastille de sel, en plus de recevoir un massage au bras gauche. «Ça a été un moment inquiétant quand j’ai été victime de crampes au troisième set, a indiqué Nadal. J’ai vraiment eu peur.»

Mais il a été en mesure d’en faire fi, remportant quelques minutes plus tard son 17e titre en tournois du Grand Chelem, ce qui le place au deuxième rang derrière Roger Federer et ses 20 sacres. Les deux étoiles du tennis masculin ont gagné les six derniers tournois majeurs. Cette victoire lui a également permis de conserver son premier rang mondial, tout juste devant l’Helvète.

Nadal a dit de cette 11e victoire à Roland-Garros «qu’elle n’était même pas un rêve; c’est impossible de seulement penser à quelque chose comme ça».

Défi insurmontable

Tête de série no 7, Thiem, 24 ans, disputait une première finale en tournoi majeur. Il avait une tâche quasi insurmontable devant lui, alors que Nadal a maintenant une fiche de 11-0 en finales à la Porte d’Auteuil et de 86-2 en carrière dans ce tournoi. Ses deux défaites lui ont été infligées par Robin Soderling, au quatrième tour de 2009, et Novak Djokovic, en quarts de finale de 2015.

«Ce que tu as accompli et que tu continues d’accomplir est l’un des exploits sportifs les plus incroyables, tous sports confondus», lui a dit Thiem au moment de la remise des trophées.

Un seul indice laissait croire que l’Autrichien avait une chance ce dimanche : Thiem est le seul joueur à avoir battu Nadal sur terre battue au cours des deux dernières saisons. Il a réussi l’exploit à Rome, l’an dernier, et à Madrid le mois passé. «Je suis certain que tu gagneras ce tournoi dans les prochaines années», lui a lancé Nadal.

Ce dernier est si dominant sur l’argile, particulièrement dans ce tournoi, que Thiem n’avait rien à perdre et il a adopté une stratégie conséquente : à fond de train du début à la fin, acceptant que les risques en vaillent peut-être la récompense. Si le jeu habituel vous mène inexorablement vers la défaite, pourquoi ne pas tenter le jeu spectaculaire?

C’est ce que Thiem a tenté. Il y est allé de puissants services, atteignant même 220 km/h — près de 40 km/h plus rapides que les meilleurs services de Nadal — qui se sont transformés en sept as, mais aussi en cinq doubles fautes. Il a joué plusieurs amortis, certains touchant la cible, d’autres pas. Il a tout donné sur ses coups en fond de court, ses pieds quittant parfois le sol alors qu’il a mis tout son corps dans ces coups. Cela a donné 34 coups gagnants — huit de plus que l’Espagnol —, mais également 42 fautes directes, 18 de plus que son adversaire.

Thiem est demeuré à distance de frappe de l’Espagnol au début de l’affrontement, mais à 4-4 en première manche, Nadal a gagné cinq jeux consécutifs pour prendre le contrôle de ce duel.

Nadal a alors trouvé ses repères. Un coup droit gagnant le long de la ligne a touché la ligne de fond, faisant baisser les épaules de Thiem. Après un autre coup droit gagnant de son adversaire, Thiem s’est retourné vers son entraîneur en criant.

+

THIEM: «UN DES PLUS GRANDS EXPLOITS DE L'HISTOIRE DU SPORT»

L’Autrichien Dominic Thiem, battu en finale de Roland-Garros par Rafael Nadal, considère que le triomphe de l’Espagnol à Paris constitue «un des plus grands exploits de l’histoire du sport».

«Pour la première fois entre nous deux à Roland-Garros, il y a eu un combat, je crois. Je n’ai pas fait un mauvais match», a estimé l’Autrichien de 24 ans, qui grimpera à la septième place mondiale, lundi.

«Il a très bien joué. C’est pour cette raison qu’il a remporté une 11e fois Roland-Garros. C’est indéniablement l’un des plus grands exploits (de l’histoire) du sport», a poursuivi Thiem, qui disputait sa première finale en Grand Chelem. 

C’est la troisième fois en autant de rencontres que le protégé de Günter Bresnik s’incline face au champion espagnol à Paris. L’an passé, il avait perdu 6-3, 6-4, 6-0 lors des demi-finales et, avant cela, 6-2, 6-2, 6-3 en 2014 au deuxième tour.

«Je suis confiant et à peu près certain que ce n’était pas ma dernière finale en Grand Chelem. Mon plus grand objectif, c’est d’en jouer une autre et de faire mieux qu’aujourd’hui», a souligné Thiem.  AFP