La recrue Aaron Judge, des Yankees de New York, a cogné lundi son 44e circuit de la saison en première manche face aux Twins du Minnesota.

Le record de circuits bientôt battu

Grâce notamment aux nombreux retentissants circuits de Giancarlo Stanton et d'Aaron Judge, le baseball majeur s'approche de plus en plus d'un nouveau record pour le plus de circuits en une saison.
Près de deux décennies après l'apogée de l'ère des stéroïdes, les joueurs du baseball majeur devraient fracasser le record de circuits, mardi.
Avant les matchs de lundi, 5663 circuits avaient été cognés à travers les majeures, 30 de moins que le record établi en 2000.
Des balles plus dynamiques? Des lanceurs moins bons? L'explosion de Stanton? L'émergence de Judge et de Cody Bellinger?
«Je ne pense pas que nous pouvons mettre le doigt sur une raison en particulier pour expliquer pourquoi il y a eu autant de circuits cette saison, a affirmé le commissaire du baseball majeur, Rob Manfred. Mais les joueurs sont plus forts et ils ne s'élancent pas tout à fait comme avant. Les tirs des lanceurs sont aussi plus rapides. Je peux vous dire une chose : rien n'est différent dans les balles selon nos tests.»
En 2016, les joueurs du baseball majeur ont cogné 5610 circuits, soit une moyenne de 2,31 par rencontre. Cette année, la moyenne se situe à 2,53, ce qui donnerait un total de 6143 circuits à la fin de la saison si la moyenne ne change pas. Il s'agirait d'une hausse de 47 % par rapport à 2014, quand il s'était cogné 4186 circuits.
«Le sport a changé, a mentionné le gérant des Yankees de New York, Joe Girardi. Depuis l'époque où j'ai commencé à jouer, il y a moins de buts volés, moins d'amortis, moins de frappe-et-cours. Nous ne voulons pas donner de retrait, nous voulons laisser les joueurs s'élancer.»
Déjà 107 joueurs ont cogné au moins 20 circuits cette saison, trois de moins que le record établi en 2016. Seulement 64 frappeurs avaient atteint ce plateau en 2015, selon l'Elias Sports Bureau.
L'utilisation de stéroïdes avait provoqué la hausse du nombre de circuits vers la fin des années 90 et au début des années 2000. Les chiffres ont commencé à baisser à la suite de la création d'un système de pénalité pour dopage à compter de 2004. En 2014, la moyenne de circuits par match a atteint son chiffre le plus bas depuis 1992. Puis la moyenne a recommencé à monter à partir de la deuxième moitié de la saison 2015.
Les dirigeants du baseball majeur demandent régulièrement au centre de recherche de l'Université du Massachusetts à Lowell d'effectuer des tests sur les balles et le professeur émérite en physique de l'Université d'Illinois, Alan Nathan, participe aussi au contrôle de la qualité des balles. Le baseball majeur a répété maintes fois que les balles respectent les standards en place.
De plus, Manfred est confiant que la nouvelle augmentation du nombre de circuits n'est pas le résultat de l'utilisation d'un nouveau produit dopant non détectable.
«Je n'ai jamais dit qu'il était impossible qu'il y ait quelque chose que nous ne pouvons pas détecter. Mais je tiens à rappeler que nous effectuons plus de tests sur une base moins prévisible. Et c'est tout ce que nous pouvons faire», a-t-il dit.