La recrue Patrik Laine, des Jets de Winnipeg, n'affrontera pas le Canadien, mercredi, car il a été victime d'une commotion cérébrale après avoir encaissé un solide coup d'épaule de la part de Jake McCabe, des Sabres de Buffalo, au centre de la patinoire, samedi.

Le problème avec les commotions loin d'être réglé...

Si la Ligue nationale croyait avoir réglé son problème de commotion cérébrale en resserrant les règlements portant sur les coups à la tête, elle n'est pas au bout de ses peines.
En principe, le Canadien se serait mesuré pour la première fois mercredi au jeune phénomène finlandais Patrik Laine, la recrue des Jets de Winnipeg qui a été sélectionnée en vue du Match des étoiles à la fin du mois. Mais l'ailier droit de 18 ans - qui domine toutes les recrues de la Ligue nationale avec 37 points - a raté le dernier match en raison d'une commotion cérébrale et fera aussi l'impasse sur le rendez-vous de mercredi soir.
Il y a eu unanimité sur le fait que le défenseur des Sabres de Buffalo, Jake McCabe, n'avait rien fait d'illégal au moment d'entrer en contact avec Laine - qui, il est vrai, patinait la tête basse en zone neutre.
Or, le dernier mois d'activités dans la LNH a permis de démontrer qu'il n'est plus nécessaire de commettre un geste dangereux - selon l'idée que s'en fait la Ligue - pour entraîner des commotions cérébrales. Depuis le 12 décembre, soit depuis qu'Andrew Shaw a été mis K.-O. au Centre Bell par une mise en échec de Torey Krug, des Bruins de Boston, neuf joueurs auraient subi des commotions cérébrales. Sept d'entre elles ont été confirmées et deux autres font à tout le moins l'objet de soupçons.
Lors de ces incidents qui ont mis des joueurs au rancart, il n'y a même pas eu de pénalité dans huit des neuf cas !
C'est à se demander si la Ligue n'a pas intérêt à revoir ce qu'elle-même considère comme étant propre et légal. Le jeu n'ayant jamais été aussi rapide et les joueurs en meilleure forme, pourrait-on imaginer qu'une nouvelle forme de pénalité soit imposée sur certaines mises en échec en zone neutre ?
«Ça pourrait être possible parce que sur ce jeu-là, McCabe aurait très bien pu utiliser l'espace entre Laine et lui, estime l'attaquant des Jets, Mathieu Perreault. C'était propre, mais ce n'était pas nécessaire. Il aurait pu jouer la rondelle.
«Mais bon, en même temps, s'il jouait la rondelle et qu'il la manquait, il aurait donné un surnombre et il se serait fait dire par son entraîneur qu'il aurait dû jouer l'homme...»
Perreault convient toutefois que de se mettre à interdire tel ou tel type de contact pourrait être difficile à appliquer et donnerait lieu à mille interprétations.
Aucune objection
L'entraîneur-chef des Jets, Paul Maurice, regrette la perte de Laine, mais il est catégorique : il ne faut pas chercher à réduire indûment les mises en échec, entre autres celles qui ont lieu au centre de la patinoire.
«J'ai dû regarder la reprise 8000 fois et plus je la regardais, plus je voyais que ce n'était pas un choc si violent, a expliqué Maurice. Le problème, c'est que leurs têtes se sont cognées. S'ils s'étaient cogné le ventre, ils seraient tous les deux tombés et on n'en parlerait plus aujourd'hui.
«L'un des meilleurs aspects du hockey, c'est de voir ce que les joueurs peuvent faire dans un contexte où ce genre de mise en échec est possible. On peut laisser vivre ce genre de coup dans le hockey. Mais la prochaine fois qu'une épaule atteint la tête d'un gars et que celui qui frappe saute à pieds joints, vous pouvez bien lui donner 20 matchs de suspension. C'est ce que j'aurais plaidé si c'est ce qui s'était produit lors du dernier match. Mais je pense qu'il y a une différence entre les deux.»
Certains ont montré du doigt Mark Scheifele en plaidant qu'il avait fait une «passe suicide» à Laine en zone neutre. Le centre de 23 ans s'est immédiatement porté à la défense de son jeune coéquipier en se ruant sur McCabe. Mais pas plus que son entraîneur-chef il ne voudrait voir de législation supplémentaire.
«Le hockey est un sport physique, a rappelé Scheifele. J'ai moi-même encaissé une grosse mise en échec en première période et on a marqué sur la séquence. Qui sait si l'on aurait marqué si ça ne s'était pas produit ? La Ligue a fait de l'excellent travail pour protéger les joueurs, mais il y aura toujours des blessures. Le plus important pour nous est d'apprendre à rester alertes par rapport à ce qui nous entoure - et c'est vrai autant pour celui qui frappe que pour celui qui encaisse.»