Les Mooseheads sont bien installés à Québec en vue des troisième (mardi), quatrième (jeudi) et cinquième (samedi) matchs.

Le passé ne hante pas Éric Veilleux

Le spectre d’une élimination hâtive n’est pas un sujet de conversation chez les Mooseheads de Halifax, qui ont atterri à Québec, lundi matin, dans l’espoir d’y disputer les trois matchs à l’horaire. En retard 2-0 dans la série 4 de 7 face aux Remparts, la formation de la Nouvelle-Écosse doit à tout le moins l’emporter deux fois sur trois afin de revoir ses partisans avant la Coupe Memorial, en mai.

L’entraîneur-chef Éric Veilleux avait le ton blagueur à son passage au Centre Vidéotron, quelques minutes après la descente d’avion. Dans son entourage, on ne lui parle pas du mauvais souvenir de 2012, quand les Cataractes qu’il dirigeait avaient perdu en deuxième ronde, se retrouvant ainsi en attente pour plusieurs semaines du tournoi à la ronde disputé à Shawinigan.

«Ce n’était pas planifié... Chaque saison est différente. Je ne pense pas qu’ils sont venus me chercher en se disant, on va se faire éliminer de bonne heure, on va aller chercher Veilleux. J’aimerais te dire autre chose, mais on pense seulement au prochain match. On n’a pas parlé de la Coupe Memorial de l’année, on ne commencera pas aujourd’hui», indiquait celui qui en est à sa première saison à la barre des Mooseheads.

Match capital

Par contre, Veilleux reconnaît que le troisième match de la série, mardi (19h) au Centre Vidéotron, est d’une importance capitale pour les Mooseheads. Les champions de la conférence de l’Est de la LHJMQ miseront sur le retour au jeu de Samuel Asselin, suspendu lors du deuxième match, mardi. Ils sont cependant privés des services de Benoît-Olivier Groulx, victime d’une mononucléose.

«Il y a des choses qu’on contrôle, d’autres moins. Est-ce qu’on a bien réagi dans les situations que l’on contrôle dans les deux matchs à Halifax? Non. Maintenant, on est dans cette situation [en retard 2-0]. Le monde va dire que c’est un cliché, mais on s’entend que c’est le prochain match qui compte. On a confiance en notre équipe, on a toujours bien réagi dans des situations difficiles. Regarde, on va être prêt demain [mardi], je ne suis pas inquiet», a-t-il affirmé.

Bien installé

Son club est bien installé à Québec pour y passer cinq jours puisque les troisième (mardi), quatrième (jeudi) et cinquième (samedi) matchs sont prévus dans le nouvel amphithéâtre de Québec.

«Ouais, y fait pas chaud!!! Il y a de gros bancs de neige, aussi. On va déplier notre linge, le mettre dans les tiroirs. On a joué nos 15 premiers matchs sur la route, de l’adversité, on en a connu. On n’a pas joué dans notre style, samedi, notamment en deuxième période, on a fait des choses qu’on n’a jamais faites. On n’avait pas le même état d’esprit qu’à l’habitude, on n’a pas paniqué, mais let’s go... Nous avons de l’offensive, mais je l’ai dit toute la saison, on a du succès lorsqu’on se défend bien», a ajouté celui qui a confirmé au gardien Alexis Gravel, dès dimanche matin, qu’il serait devant le filet, mardi.