Le documentaire «La fosse aux tigres», diffusé à Canal D jeudi à 20 h, mettra en vedette le Gatinois Dave Leduc, surnommé « Le Nomade ».

«Le Nomade» passe au petit écran

L’histoire de Dave Leduc, cet athlète gatinois qui a déjà combattu dans une prison à sécurité maximale en Thaïlande, est portée au petit écran.

L’histoire de Dave Leduc, cet athlète gatinois qui a déjà combattu dans une prison à sécurité maximale en Thaïlande, est portée au petit écran.

Le Canal D présentera jeudi à 20 h un documentaire d’une heure intitulé La fosse aux tigres. Une idée du producteur et scénariste bien connu en Outaouais, Jason Brennan, qui assure aussi la réalisation en compagnie de Jean-François Martel.

« C’est un projet qui a pris ben du temps, qui a commencé il y a trois ans », souligne Brennan, qui a déjà suivi avec sa caméra le parcours de plusieurs athlètes olympiques et paralympiques dans la dernière décennie.

L’idée de raconter le quotidien de Leduc, qui habite maintenant à plein temps en Asie, lui est venue en 2014. Comme un peu tout le monde, il venait de découvrir cet ancien joueur de baseball converti aux arts martiaux mixtes à la suite de sa victoire à « Prison Fight », une compétition de muay thaï sanctionnée par les services correctionnels thaïlandais.

L’événement permet à des détenus d’affronter des étrangers dans le ring. En cas de victoire, ils peuvent voir leur peine réduite.

Au départ, Brennan voulait filmer Leduc dans sa préparation en vue d’une deuxième participation à Prison Fight. Mais le combattant québécois n’a jamais eu l’occasion de vivre pareille expérience une seconde fois.

Le sort a voulu que l’athlète âgé de 25 ans se tourne finalement vers le lethwei – la boxe birmane – et qu’il devienne champion du monde en décembre dernier devant plus de 10 000 personnes.

Brennan et son équipe étaient sur place. Ils ont ramené des images de cette conquête de la part de Leduc, surnommé « Le Nomade » en raison de ses nombreux voyages en Asie.

« C’est devenu l’histoire d’un gars qui ne peut pas pratiquer sa passion et son sport ici, qui laisse tout de côté afin de s’établir là-bas. Il s’adonne à partir sur une lancée et se rend au plus haut point », souligne Jason Brennan.

La fosse aux tigres est le résultat d’une vingtaine de journées de tournage, autant en Outaouais qu’en Asie.