L'ex-président de la série NASCAR Brian France avait tenté en 2015 d'interdire de brandir des drapeaux confédérés sur les circuits, une proposition trop ambitieuse à faire respecter et qui avait soulevé l'ire du noyau de partisans des États du sud.
L'ex-président de la série NASCAR Brian France avait tenté en 2015 d'interdire de brandir des drapeaux confédérés sur les circuits, une proposition trop ambitieuse à faire respecter et qui avait soulevé l'ire du noyau de partisans des États du sud.

Le NASCAR interdit le drapeau confédéré de ses événements et propriétés

La série NASCAR a banni le drapeau confédéré de ses courses et de ses propriétés.

Le NASCAR a indiqué mercredi que le drapeau confédéré «représente l'opposé de notre engagement à fournir un environnement accueillant pour tous les partisans, nos compétiteurs et notre industrie».

Bubba Wallace, seul pilote noir de la série, avait appelé à bannir le drapeau confédéré plus tôt cette semaine, disant qu’il n’avait pas «sa place dans le sport». Wallace a demandé à la série, dont les racines sont profondément ancrées dans le sud des États-Unis, d’officiellement prendre ses distances de ce que plusieurs millions de personnes considèrent comme un symbole raciste lié à l’esclavagisme.

Enfin, le NASCAR a accédé à cette demande.

L'ex-président Brian France avait tenté en 2015 d'interdire de brandir des drapeaux confédérés sur les circuits, une proposition trop ambitieuse à faire respecter et qui avait soulevé l'ire du noyau de partisans des États du sud.

La décision a été annoncée avant la course prévue en soirée au Martinsville Speedway. Wallace doit y conduire une Chevrolet peinte aux couleurs du mouvement Black Lives Matter.