Le Mexique a battu l’Allemagne pour la première fois en quatre matchs à la Coupe du monde.

Le Mexique surprend l’Allemagne

MOSCOU — Hirving Lozano a marqué à la 35e minute et le Mexique a démarré la Coupe du monde avec un grand succès, dimanche, battant les Allemands 1 à 0.

Les Mexicains ont causé un revirement dans leur zone, faisant ensuite quatre passes très efficaces, en contre-attaque. Lozano a reçu le dernier relais de Javier Hernandez et après un mouvement à sa droite, sa frappe foudroyante a battu Manuel Lauer, du côté droit.

Lozano inscrivait son huitième but avec El Tri. «Je ne sais pas si c’est la plus grosse victoire (dans l’histoire du Mexique), mais c’est assurément l’une des plus importantes, a dit Lozano. Ça fait du bien de commencer du bon pied contre les champions du monde.»

Le Mexique battait l’Allemagne pour la première fois en quatre matchs à la Coupe du monde. Il y a eu deux victoires de la Mannschaft, en 1978 et 1998, et un match nul en 1986.

«Nous allons bien nous en sortir, a dit l’entraîneur des Allemands, Joachim Loew. Il n’y a pas de raison de s’écrouler à cause d’une seule défaite.»

Quinze minutes avant le but, Timo Werner a reçu et maîtrisé un centre de grande qualité, mais son tir au sol est allé directement sur Guillermo Ochoa, d’une distance de penalty.

À la 18e minute, Hernandez a eu une bonne occasion sur le flanc gauche rapproché. Il a toutefois trop tardé à décocher ou passer, et les Allemands lui ont ravi le ballon. Hernandez a plus tard paru trop généreux lors d’un deux contre un, faisant une passe imprécise, alors qu’il semblait avoir un bel angle de tir.

Neuer est revenu au jeu au début du mois, à la suite d’une blessure au pied qui l’a gardé à l’écart pendant huit mois.

Miguel Layun a eu quelques chances d’ajouter un deuxième but lors de montées effrénées, à compter de la 75e minute, mais il a raté la cible deux fois.

Avec deux minutes à écouler au temps régulier, les Allemands sont passés près d’égaler, mais la tête de Mario Gomez a été beaucoup trop haute. Une minute plus tard, le réserviste Julian Brandt avait la moitié droite du filet à sa portée, mais son tir a raté la lucarne par une dizaine de pieds.

Rafael Marquez (Mexique) est entré dans le match à la 74e minute, égalant un record en prenant part à un cinquième Mondial.

Champions en titre, les Allemands ont atteint les demi-finales lors des quatre dernières Coupes du monde; aucun autre pays ne peut en dire autant.

Les Mexicains ont été écartés en ronde des 16 lors des six dernières éditions du Mondial.

L’Allemagne tente de devenir le premier pays à conserver sa couronne depuis le Brésil, en 1958 et en 1962. Il y a quatre ans, la nation a mérité un quatrième titre en battant les Argentins en finale.

+

«TREMBLEMENT DE TERRE DE BONHEUR»

MEXICO — Des milliers de supporters mexicains ont bruyamment fêté dans les rues de Mexico, dimanche, la victoire de leur équipe face aux Allemands, tenants du titre, au Mondial 2018 de Russie.

La terre a littéralement tremblé dans cette mégapole exposée aux séismes quand Hirving «Chucky» Lozano a marqué à la 35e minute, déclenchant «un tremblement de terre de bonheur» dans son pays natal.

Des sismologues ont affirmé avoir détecté une secousse «artificielle», peut-être causé par «les bonds» des supporters déchaînés qui s’étaient notamment réunis sur le Zocalo, la place centrale de Mexico pour suivre le match sur un écran géant.

«Ce qui s’est passé aujourd’hui est un tremblement de terre de bonheur. Imagine, nous avons battu les champions du monde!» commentait Laura Villegas, une vendeuse de 45 ans, avant d’avaler un grand verre de bière et de tequila.

«Qu’est-il arrivé, qu’est-il arrivé à l’Allemagne qui devait nous battre aujourd’hui?» scandait la foule.

Le président Enrique Pena Nieto s’est joint à la fête sur Twitter. «C’est confirmé : le Mexique affronte et gagne contre les meilleurs du monde. Grand match! Félicitations».

Les supporters se sont également réunis dans toutes les grandes villes du pays, dont Guadalajara, Toluca, Tijuana et Ciudad Juarez.

Dans les rues de la capitale, des fans circulaient à motos, en voiture, klaxonnant et agitant le drapeau mexicain. Au milieu de la cacophonie générale, un violoniste jouait un air traditionnel sur la principale avenue de la ville. «Un petit but et tout de même un but» se félicitait le vieux musicien.

Une supportrice, un drapeau à la main, le visage peinturluré en vert, criait : «Nous sommes une force de combat aztèque!»

«Lozano président, Lozano président!» lançaient d’autres supporters, à deux semaines de l’élection présidentielle du 1er juillet.

Ana Maria Contreras, une institutrice était venu dans le centre-ville avec ses enfants vêtus du maillot vert du «Tri», tout comme ses chiens, pour célébrer la victoire.

«Nous avons démontré que nous pouvons lutter contre n’importe quel pouvoir. Et j’espère que celui qui deviendra président saura aussi nous conduire vers la victoire» confiait-elle.  AFP