L’arrêt-court de 21 ans Bo Bichette a raté sept semaines à cause d’une fracture à une main lorsqu’atteint par un tir, à la fin avril.

Le jeune Bo Bichette se sent prêt pour les ligues majeures

BUFFALO — Bo Bichette est le dernier des trois espoirs les plus en vue des Blue Jays se trouvant encore dans les ligues mineures, après que Vladimir Guerrero fils et Cavan Biggio ont fait leurs débuts avec Toronto plus tôt cette année.

Le trio est lié depuis quelques saisons, progressant ensemble dans les filiales de l’organisation. Ils ont tous commencé la saison 2019 dans le AAA, et Bichette s’attendait à ce qu’ils arrivent dans les grandes ligues en même temps.

«J’étais super content pour eux deux, super content de les voir se débrouiller très bien, a dit Bichette avant un match des Bisons, cette semaine. C’est difficile de voir qu’ils sont là tandis que dans mon cas, une partie du chemin reste à faire.

«Nous avons toujours parlé de graduer en même temps alors être le dernier, ce n’est pas facile. Mais c’est comme ça. Je fais juste du mieux que je peux pour me rendre au même niveau le plus vite possible.»

L’arrêt-court de 21 ans, qui a raté sept semaines à cause d’une fracture à une main lorsqu’atteint par un tir, à la fin avril, a brillé dans le AAA depuis son retour au jeu, le 13 juin.

Bichette a cogné deux circuits mercredi, aidant Buffalo à battre Charlotte, 9-6. En 46 matchs, il affiche une moyenne de ,309 avec 15 doubles, sept circuits et 30 points produits.

Des chiffres qui parlent

Ces chiffres, a-t-il dit, devraient parler d’eux-mêmes lorsqu’il s’agit de plaider sa cause pour une promotion. «Pour ce qui est d’être prêt pour les grandes ligues, j’ai toujours livré la marchandise, je me suis amélioré chaque année, estime Bichette. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour leur montrer que je suis prêt.»

Biggio et Guerrero ont fait leurs débuts dans les ligues majeures au moment où Bichette était à l’écart, résultat de sa fracture à la main.

Rater près de deux mois d’une saison importante n’a peut-être pas été idéal, pour le choix de deuxième ronde de 2016, mais Bichette ne pense pas qu’un parcours sans blessure aurait nécessairement garanti une promotion.

Les solides performances de Freddy Galvis et Eric Sogard ont changé quelque peu la donne au champ intérieur des Jays. Leur rendement n’a pas aidé la cause de Bichette.

«Je pense qu’il y a quand même un bon côté, a déclaré Bichette, le fils de l’ancien voltigeur Dante Bichette. Je suis allé en Floride en rééducation, et j’ai pu avoir un répit et revenir rafraîchi. Je me sens bien maintenant. Je suis prêt.»

Le gérant des Bisons, Bobby Meacham, peut comprendre la frustration ressentie par un joueur qui a hâte de faire ses débuts dans le baseball majeur. Il ajoute toutefois que Bichette est conscient du besoin de raffiner ses compétences au niveau AAA.

«Je rappelle souvent aux gars que ça peut être dur de l’entendre constamment, mais vous travaillez sur des trucs. C’est ici que vous pouvez le faire. Une fois arrivé dans les ligues majeures, ce n’est plus possible,» a dit Meacham.