Chris Froome passe la ligne d'arrivée de la 20e étape du Giro avec satisfaction et célèbre en compagnie de son fidèle lieutenant Wout Poels.

Le Giro, «la plus grande bataille» de Froome en carrière

BREUIL-CERVINIA — À la veille de l’arrivée à Rome, le Britannique Chris Froome a fait main basse sur le Giro, samedi, à Cervinia, terme de la 20e étape gagnée par le grimpeur espagnol Mikel Nieve.

«Ce Giro a été la plus grande bataille de ma carrière», a commenté Froome, en tête du classement depuis son coup de force de la veille, une échappée solitaire de 80 kilomètres.

Samedi, le quadruple vainqueur du Tour de France n’a rien cédé à son dauphin au classement, le Néerlandais Tom Dumoulin, dans la dernière étape de montagne. Au contraire, il a tenu à franchir la ligne devant lui dans la station située au pied du Cervin (nord-ouest) et a grignoté 6 secondes supplémentaires.

Il ne reste plus qu’une étape de plat, dans la capitale italienne, pour que Froome devienne le premier Britannique (et aussi le premier coureur de l’équipe Sky) à gagner le Tour d’Italie en 101 éditions. Il compte 46 secondes d’avance sur Dumoulin, le vainqueur sortant du Giro.

«Ce n’est pas encore fini, mais la bataille est derrière nous», a annoncé le Britannique (33 ans). «Quand je pense à ma position [au classement] il y a deux jours... Je rêve!»

L’étape a été marquée par la défaillance de Thibaut Pinot, qui occupait la troisième place au départ des 214 kilomètres. Distancé dans la deuxième des trois ascensions du jour, le col de Saint-Pantaléon, le Français, à la dérive, a perdu plus de 20 minutes en 12 kilomètres.

Le Français Thibaut Pinot (deuxième à partir de la gauche) a connu une défaillance majeure samedi et est passé de la 3e à la 16e place du Giro. Conduit à l'hôpital après l'étape pour épuisement, il ne repartira pas dimanche.

Le chemin de croix de Pinot s’est prolongé jusqu’à l’arrivée qu’il a ralliée avec un retard de l’ordre de 45 minutes, pour plonger à la 16e position du général. Il a été délogé du podium par le Colombien Miguel Angel Lopez, en passe de boucler son premier Giro à la troisième place avec en plus le maillot blanc de meilleur jeune. L’an passé, le jeune grimpeur de l’équipe Astana (24 ans) s’était classé 8e de la Vuelta.

Finalement, Pinot «a été mis en observation» à l'hôpital d'Aoste, a annoncé samedi soir l'équipe Groupama-FDJ. Son abandon a été confirmé à l'AFP par le directeur sportif de l'équipe française, Martial Gayant.

«Il souffre de déshydratation et de fièvre mais est bien pris en charge», a indiqué l'équipe. Le médecin de Groupama-FDJ, le Dr Jacky Maillot, et le frère et entraîneur du coureur, Julien Pinot, sont restés avec lui.

«Il a été au bout de lui-même, il a dépassé ses limites, a précisé Martial Gayant. On ne l'a pas vu forcément sur les images, mais il était épuisé. Quand il a rejoint l'hôtel, on a eu peur et on a appelé une ambulance.»

«Thibaut va rester la nuit en observation. L'abandon est inévitable. Il est impossible pour lui, dans son état, de remonter sur le vélo», a ajouté Gayant. «Il avait réussi son Tour d'Italie jusqu'à aujourd'hui. Il y a eu une étape de montagne de trop. C'est un coup de massue", a déclaré le directeur sportif de l'équipe française. L'an passé, le Français s'était classé 4e du Giro après avoir gagné la dernière étape de montagne, à la veille de l'arrivée.

Le troisième succès de Nieve

Dans l’ultime ascension du Giro, Tom Dumoulin a attaqué à Froome à plusieurs reprises. Mais le porteur du maillot rose a répliqué à chaque fois, sans jamais paraître en difficulté. «Respect», a commenté le Britannique. «Tom a été un rival féroce».

Pour marquer un peu plus sa supériorité, Froome a contré sèchement son rival avant de couper son effort. Il a tenu ensuite à sprinter sur la ligne pour assurer le maillot bleu qui désigne le lauréat du GP de la montagne.

La victoire d’étape est revenue à Nieve, qui s’est mêlé à l’échappée de 27 coureurs lancée dans la plaine avant de porter l’attaque décisive sur la partie la plus pentue du Saint-Pantaléon, à 32 kilomètres de l’arrivée.

Lieutenant du Britannique Simon Yates jusqu’à la défaillance du Britannique vendredi dans l’étape de Jafferau, le Basque s’est offert un cadeau le jour de ses 34 ans: «Je n’aurais pas pu rêver d’un meilleur anniversaire.»

Le Basque a remporté son troisième succès dans le Giro, à chaque fois en solo. En 2011, il avait gagné une étape format XXL dans les Dolomites, qui avait duré plus de sept heures.

***

FROOME «OPTIMISTE» EN VUE DU TOUR DE FRANCE

Chris Froome s'est déclaré optimiste samedi sur les possibilités de réussir le doublé Giro-Tour de France en juillet prochain.

Le quadruple vainqueur de la Grande Boucle tente pour la première fois de sa carrière le «doublé» qui n'a plus été accompli depuis le «Pirate» italien Marco Pantani en 1998, l'année du scandale de dopage Festina.

La participation de Froome au Tour reste toutefois conditionnée par son contrôle antidopage «anormal» de la Vuelta en septembre dernier.

«On verra en juillet mais je suis optimiste», a déclaré le coureur de 33 ans lors de la conférence de presse tenue à Cervinia, à la veille de l'arrivée du Giro à Rome.

«À l'inverse de plusieurs de mes adversaires qui étaient déjà à 100 % au départ, j'ai amélioré ma forme au fur et à mesure de la course, a estimé Froome. Pour cette raison, je pense pouvoir récupérer en vue du Tour et être compétitif. Dans le passé, on a vu qu'il était très difficile d'être compétitif dans les deux courses, mais je pense que c'est possible même s'il est encore tôt pour en parler.»

À un journaliste qui lui demandait s'il y aurait un nouveau duel entre lui et le Néerlandais Tom Dumoulin au Tour, il a répondu: «J'ai certainement l'intention d'y être. En ce qui le concerne, demandez-le lui».