Le gérant des Cubs écrit maintenant ses formations trois jours à la fois, permettant ainsi à ses joueurs de savoir ce qui les attend pour la série à venir.

Le gérant des Cubs innove avec sa nouvelle façon de faire un alignement

CHICAGO — Joe Maddon aime bien travailler sur sa formation dans un café. Armé de sa tablette, le gérant étudie plusieurs statistiques et données pour tenter de donner le moindre avantage aux Cubs de Chicago.

Maddon travaille de cette façon depuis bien longtemps. Mais cette saison, il a décidé de faire les choses un peu différemment.

Le gérant écrit maintenant ses formations trois jours à la fois, permettant ainsi à ses joueurs de savoir ce qui les attend pour la série à venir. Il s'agit d'une pratique bien différente de ce qui se faisait auparavant, alors que les gérants affichaient leur formation partante dans le vestiaire quelques heures avant la rencontre, voire même la façon plus moderne d'envoyer un message texte en fin de soirée adoptée par certains gérants.

Jusqu'ici, Maddon adore sa nouvelle façon de faire.

«Ça me permet d'être préparé un petit peu plus à l'avance que je ne l'étais, et il n'y a rien de mal à cela, a-t-il dit. C'est même une bonne chose.»

Ce changement d'approche est en partie survenu en réponse à la décevante fin de saison des Cubs, l'an dernier, quand ils ont bousillé une avance de cinq matchs en tête de la Centrale de la Nationale en septembre, avant de s'incliner dans le match pour le quatrième as contre les Rockies du Colorado. Les Cubs ont été inconstants à l'attaque en 2018 et n'ont marqué qu'un point à leurs trois dernières rencontres.

D'être avertis permet aux joueurs de planifier leur routine quotidienne en conséquence. Cela donne également plus de flexibilité quand vient le temps de réserver du temps dans la cage des frappeurs ou encore d'étudier des vidéos de leurs récentes présences au bâton.

«Tout cela dépend de ce que vous faites quand vous ne jouez pas et des éléments sur lesquels vous devez travailler», a indiqué le voltigeur Albert Almora fils.

L'exercice a aussi pour objectif d'aider à la confiance de certains joueurs. Les plans sont connus d'avance et ne sont pas déterminés par une journée difficile au bâton lors du match précédent. Ça réduit la pression de devoir impressionner Maddon afin de demeurer dans la formation.

«J'aime plutôt ça, a ajouté Maddon. Et j'ai toujours une bonne marge de manœuvre. Si je ne suis pas certain, je laisserai un point d'interrogation à un endroit, pour dire que j'ai besoin d'un peu plus de temps. Mais de façon générale, j'aime bien.»

Maddon réalise aussi que ce système a ses limites.

La météo est toujours incertaine au Wrigley Field. Maddon était inquiet de sa formation en défense lors d'une journée particulièrement venteuse récemment. Un changement de lanceur de la part de l'adversaire pourrait aussi obliger Maddon à revoir ses plans. Parfois, d'autres facteurs entrent en jeu.

David Bote a frappé deux circuits en Arizona dans la victoire de 9-1, samedi. Dimanche, son nom n'était pas inscrit à la formation pour le match contre les Diamondbacks. Un groupe de vétérans ont toutefois convaincu Maddon de l'y insérer. Ben Zobrist, que Bote a remplacé, est venu en relève en 10e manche et a frappé un double de deux points en 15e, dans une victoire de 6-5. Les Cubs ont gagné deux des trois rencontres face aux D'backs pour porter leur fiche à 13-6 depuis qu'ils ont amorcé la saison avec six victoires à leurs sept premières sorties.

«Il écoute ce que les gars ont à lui dire et ça démontre encore plus de respect, a indiqué Bote au sujet du gérant de 65 ans. Le fait qu'il ait écouté les gars démontre beaucoup de courage. Il saisit bien l'état d'esprit de son vestiaire.»

Au moins, un ex-gérant regarde les changements de tendance au sujet des formations avec un certain intérêt.

«Vous devez vous montrer flexible, parce que, comme je l'ai appris à mes dépens, vous pouvez écrire le rôle en gardant deux places libres avant d'arrêter votre choix, a déclaré Tony LaRussa, vainqueur de trois Séries mondiales comme gérant. Vous l'affichez sur le mur du vestiaire et assistez à l'entraînement au bâton tout en y pensant. Puis, vous sentez quelque chose au fond de vous-même. Vous devez pouvoir suivre votre instinct.»

D'avoir des joueurs polyvalents en défense a aussi aidé Maddon à apprécier cette nouvelle expérience. Zobrist, Bote, Javier Báez, Kris Bryant, Daniel Descalso et Jason Heyward peuvent être utilisés de différentes façons. Autant de variables qui peuvent aider à façonner votre formation.

Descalso a joué avec quatre équipes en 10 ans jusqu'ici, dont deux saisons en Arizona, où il découvrait la veille qui jouait un match en particulier.

«C'est la première fois que je vois (la formation être connue) une série à l'avance, a-t-il noté. Mais je pense que la tendance est de le savoir la veille. Que ce soit par texto ou que quelqu'un soit chargé de le dire à tout le monde, je pense que c'est la tendance actuelle. Quand je suis arrivé dans les Majeures, on s'attendait à ce que tout le monde soit prêt à jouer tous les matchs.»