Plus de 8600 amateurs se sont déplacés par un soir de milieu de semaine, hier, à la Place TD afin de voir la nouvelle équipe de soccer professionnel d'Ottawa affronter le club le plus décoré d'Écosse. Les Rangers de Glasgow sont débarqués dans la capitale afin de conclure une longue tournée nord-américaine.

Le Fury encaisse une défaite écossaise

À sa première sortie internationale, le Fury rêvait d'une grosse foule et d'une victoire. Au moins un de ses voeux a été exaucé.
Plus de 8600 amateurs se sont déplacés par un soir de milieu de semaine, hier, à la Place TD afin de voir la nouvelle équipe de soccer professionnel d'Ottawa affronter le club le plus décoré d'Écosse. Les Rangers de Glasgow sont débarqués dans la capitale afin de conclure une longue tournée nord-américaine.
Sur papier, ils formaient la meilleure des deux équipes. Une concession qui revendique 54 championnats de ligue et n'ayant pas perdu en 36 sorties la saison dernière.
Sur le terrain, cette supériorité était nettement plus évidente. Et sur le tableau indicateur, ce fut officiel.
Les visiteurs ont gagné 1-0 dans une joute par moment animée contre le Fury, qui dispute une première saison dans la NASL, un circuit de deuxième division en Amérique du Nord.
« Ce fut un match très engagé. Les équipes anglaises et écossaises sont toujours comme ça. Ce fut un match intéressant à jouer. C'était proche de la réalité. Ce sont des matches comme ça qui permettent aux équipes de grandir », a soutenu le gardien français Romuald Peiser, qui effectuait ses débuts au sein du Fury. Il a été lancé dans la mêlée à la 33e minute, remplaçant Marcel DeBellis.
C'est Peiser qui a donné le premier but aux Rangers. Il n'a jamais eu l'occasion de bouger afin de bloquer le tir sur la séquence.
« Je suis déçu parce qu'on a perdu. J'aime gagner. Je suis déçu aussi parce que j'ai pris le but qui a causé notre défaite, même si je ne pouvais pas faire grand-chose », a ajouté Peiser, qui disputait une première partie depuis mai en Europe.
Le cousin a cédé sa place à une recrue franco-ontarienne plus tard dans le match. Chad Bush a été déjoué par Kenny Miller, peu de temps après son arrivée sur le jeu, mais l'attaquant des Rangers était hors jeu sur la séquence.
Pas très menaçant
Ottawa n'a pas été trop menaçant pour la troupe écossaise. Ses deux seules véritables chances de marquer se sont retrouvées au bout du pied droit de Vini Dantas, qui a raté la cible à chaque occasion, d'abord à la 52e minute puis la 75e minute.
Une deuxième demie durant laquelle l'entraîneur-chef Marc Dos Santos a respecté son plan de match initial d'utiliser tous ses joueurs dans l'alignement, dont l'attaquant sur essai et ancien produit de l'Impact de Montréal, Reda Agourram.
Le vétéran Nicki Paterson a aussi vu de l'action, lui qui disputait une première partie depuis la mi-avril. Il soignait une blessure à la cheville.
Ce dernier croyait avoir nivelé la marque en temps ajouté, mais l'arbitre a jugé qu'il y avait faute. Ce fut une soirée spéciale pour le milieu de terrain écossais qui a grandi en gardant un oeil attentif sur les joutes des Rangers durant sa jeunesse.
À quel point les amateurs de son pays natal suivent les aventures de cette équipe ?
On retrouvait six journalistes et trois photographes de quotidiens de l'Écosse à la Place TD pour relater cette partie. Dans le lot, deux provenaient du Daily Mail.
On fera sûrement mention de ces deux partisanes qui se trouvaient enveloppées du drapeau bleu et blanc de l'Écosse. Ou peut-être des mordus du Fury qui brandissaient les couleurs du Québec ou du drapeau canadien.
« Je crois que les amateurs ont été divertis, a affirmé l'entraîneur des Rangers, Ally McCoist. Ce fut un match compétitif dans lequel les deux équipes se sont bien comportées. »
Ottawa aura quelques jours pour tourner la page et se préparer à sa prochaine partie de championnat. L'équipe prendra la direction de Cary, en Caroline du Nord, afin d'affronter les RailHawks samedi soir.