Le Dynamo du sélectionneur Marc Mounicot a connu une bonne campagne 2015 de 8-2-2, avant de perdre ses deux matchs éliminatoires.

Le Dynamo dans une nouvelle ligue de soccer

Le Dynamo de Québec devrait évoluer au sein d'une nouvelle ligue de soccer féminin semi-professionnel l'été prochain, pour sa huitième saison. La United Women Soccer (UWS) s'avèrera un circuit de deuxième division nord-américaine qui regroupe déjà huit équipes.
Le Dynamo, les Comètes de Laval, le Magic de New York et les Rough Riders de Long Island viennent de la défunte W-League, l'Inferno de Lancaster (Penn.) et le Mutiny de la Nouvelle-Angleterre (Mass.) désertent la Women's Premier Soccer League (WPSL), tandis que le Copa FC et la TSF Academy, du New Jersey, créent chacun une nouvelle formation.
Le Dynamo du sélectionneur Marc Mounicot a connu une bonne campagne 2015 de 8-2-2, avant de perdre ses deux matchs éliminatoires. Notons que l'accession des clubs de Québec et de Laval à la UWS demeure conditionnelle à l'approbation de l'Association canadienne de soccer. Le circuit sera dirigé par un gestionnaire de ligues à but non lucratif du New Jersey, EDP.
Le président d'EDP, Steve Shilling, a déclaré dans un communiqué : «Nous sommes extrêmement heureux de jouer un rôle dans la formation de la UWS. Il s'agit d'un élément important du soccer en Amérique, et en particulier pour faire avancer le volet féminin. Avec les membres fondateurs comme base solide, nous sommes impatients de travailler avec les clubs.» La première saison devrait commencer en mai.
Après 21 ans d'existence, la W-League a mis la clé sous la porte parce qu'un nombre insuffisant d'équipes s'étaient engagées pour 2016. Il semble que les six formations de la Conférence de l'Ouest (Colorado [3], Arizona, Seattle et Californie) se soient retirées, après les quatre clubs de l'Ontario, dont Ottawa, et celui de Los Angeles, il y a un an.