Le boxeur Nick «Bang Bang» Blackwell

Le double coma de «Bang Bang» Blackwell

Nick «Bang Bang» Blackwell, ex-champion britannique des poids moyens, est un cas particulier dans le monde de la boxe. Comme Adonis Stevenson, qui est toujours hospitalisé dans un état critique, mais stable à Québec, il a été placé dans un coma artificiel en raison de blessures à la tête subies durant un combat de championnat. Incapable de décrocher du noble art, Blackwell est cependant remonté sur un ring sept mois plus tard pour s’entraîner, un pari risqué qui l’a renvoyé directement à l’hôpital.

L’histoire du boxeur Nick «Bang Bang» Blackwell n’a rien de banal et mérite qu’on s’y attarde au moment où plusieurs s’interrogent sur les impacts négatifs de la boxe à la suite du K.-O. dévastateur qu’a subi Adonis Stevenson, samedi dernier à Québec.

En 2010, le natif de Trowbridge, dans le comté de Wiltshire, est devenu le plus jeune champion anglais des poids moyens à l’âge de 20 ans. En 2015, il battait John Ryder pour devenir champion britannique, puis défendait son titre deux fois avec succès.

C’est sa troisième défense de titre, contre Chris Eubank Jr, qui allait changer à jamais son destin. Le choc a eu lieu en mars 2016 au Wembley Arena. Eubank a dominé largement le combat, y allant de solides crochets et uppercuts, mais Blackwell a réussi à tenir jusqu’au 10e round, le visage ensanglanté et l’œil gauche tellement enflé qu’il n’y voyait plus rien.

Le père et entraîneur de Eubank, l’ex-champion Chris Eubank Sr, avait même invité son fils à ne plus frapper Blackwell à la tête en fin de combat et à opter plutôt pour des coups au corps.

Il faut dire que le paternel avait lui-même vécu une expérience traumatisante sur le ring après sa victoire contre Michael Watson, en 1991. Ce dernier s’était écroulé, avait passé 40 jours dans le coma, subi six opérations au cerveau et avait été cloué dans un fauteuil roulant pendant six ans.

Mort dans l’ambulance

Sentant que son adversaire était amoché et sa victoire assurée, Eubank Jr a donc ralenti la cadence à la fin du 10e round. L’arbitre a finalement mis fin au combat après que le médecin eut déterminé que Blackwell était inapte à poursuivre les hostilités.

Quelques minutes après la fin du combat, l’état de Blackwell s’est détérioré rapidement et il a quitté l’aréna sur une civière après avoir reçu de l’oxygène. «Je suis décédé dans l’ambulance. Heureusement, les médecins ont réussi à me maintenir en vie», a-t-il déclaré en septembre dans une rare entrevue à la station de radio britannique Talksport.

Hospitalisé pour des saignements au crâne et placé dans un coma artificiel, Blackwell n’a cependant pas eu besoin d’une opération et a été sorti du coma la fin de semaine suivante. Il a récupéré relativement rapidement pour revenir à ce qu’il qualifiait de forme optimale. Quelques semaines plus tard, il annonçait cependant sa retraite comme boxeur en indiquant qu’il souhaitait demeurer associé à la boxe d’une façon ou d’une autre.

Plus tard, Blackwell avait révélé que, cinq jours avant le combat de championnat contre Eubank Jr, il avait été solidement ébranlé dans un combat d’entraînement avec George Groves, plus tard devenu champion du monde. «Groves m’avait frappé avec le coup de poing le plus dur que je n’avais jamais reçu», avait déclaré Blackwell, ajoutant qu’il avait souffert de migraines après cet épisode. «Si j’ai choisi de me battre quand même [contre Eubank], c’est parce que j’aime la boxe», avait-il confié à Talksport.

Retour risqué

Son amour de la boxe a finalement amené Blackwell à remettre les gants après avoir obtenu son permis d’entraîneur de boxe en octobre 2016, une décision qu’il considère aujourd’hui comme une grave erreur. Il a alors disputé un combat d’entraînement de 12 rounds contre Hasan Karkardi sous la supervision de l’entraîneur Liam Wilkins, qui ont plus tard été suspendus par le British Boxing Board of Control pour leur implication dans ces événements.

Cette fois, les coups reçus par Blackwell l’ont incité à demander à un ami de le conduire à l’hôpital après la séance d’entraînement. Il est tombé dans le coma, dont il n’est sorti qu’un mois plus tard avec des conséquences beaucoup plus graves que la première fois. «J’ai dû réapprendre à marcher, à parler, à manger... J’ai été en fauteuil roulant pendant une très longue période. J’ai dû tout réapprendre...» a-t-il déclaré à Talksport, ajoutant que sa réhabilitation se poursuivait encore à ce jour. «Ça va bien, ils viennent chez moi aux deux mois maintenant. Avant, c’était aux deux semaines», indique le jeune homme, qui souhaite maintenant lancer un gymnase et un restaurant santé.

Il a ajouté qu’il aimerait rencontrer Eubank, qui ne l’a jamais contacté après le fameux combat de mars 2016. «Pour lui dire que ce n’est pas sa faute...»