Onze jeunes âgés de 9 à 11 ans participeront à Montréal, le 25 avril, sous les couleurs du Phénix des Rivères, au Défi sportif AlterGo, un événement multisports dédié aux athlètes handicapés.

Le Défi sportif AlterGo, une Coupe du monde pour onze jeunes de Québec

Ce sera leur petite Coupe du monde, même si les adversaires proviendront des quatre coins du Québec et non des quatre coins de la planète.

Onze jeunes d’âge primaire souffrant d’une déficience physique participeront au Défi sportif AlterGo sous les couleurs du Phénix des Rivières, le 25 avril. Pour le club de soccer de la région de Québec, il s’agira d’une première présence à cet événement multisports dédié aux athlètes handicapés de toutes les déficiences, qui aura lieu du 23 au 29 avril.

Ils seront environ 7000 à montrer leur savoir-faire au Complexe sportif Claude-Robillard de Montréal, pendant la semaine. La journée s’annonce chargée et épuisante pour les 11 joueurs et joueuses de 9 à 12 ans dirigés par Marie-Michèle Thériault. Départ de Québec en autobus aux aurores, participation à la cérémonie d’ouverture, possibilité de jouer plusieurs rencontres, retour en fin d’après-midi.

«Les jeunes vont être brûlés. Ça va dormir dans l’autobus!» lance Mme Thériault, elle-même maman de deux athlètes souffrant de paralysie cérébrale, aujourd’hui adultes.

Bon pour l’estime de soi

Cette expérience permettra aux jeunes d’améliorer leur estime d’eux-mêmes et de se rapprocher les uns des autres, prévoit-elle.

La formation n’existe que depuis janvier, mais la coach remarque déjà une nette progression chez ses protégés. «Les jeunes se parlent sur le terrain. Je trouve ça beau. Ils bottent avec l’intérieur du pied, leurs passes sont plus précises. Ils se sont vraiment améliorés sur tous les points.»

À Montréal, l’équipe sera même classée dans le niveau A, le plus fort. «On a trois, quatre joueurs qui se démarquent du lot et qui sont très, très bons. Je ne peux pas nous mettre dans une catégorie inférieure à cause de ces joueurs-là. Si je les mets dans le C, ça va être trop facile. On est là pour avoir du plaisir, pas pour battre les équipes 7-0 tout le temps», explique l’entraîneure.

Il s’agira donc d’un beau défi, qui stresse toutefois un peu ses joueurs, admet Mme Thériault. «C’est mon rôle de dire aux jeunes : vous êtes prêts, vous avez la capacité, vous avez le potentiel, vous avez travaillé fort. Vous avez cheminé beaucoup», souligne-t-elle. Il faut dire que la formation n’a jamais joué de matchs, à part ceux organisés à l’entraînement, une fois par semaine.

Habituée du Défi sportif AlterGo, Mme Thériault s’y rendra aussi une deuxième fois pour le 35e anniversaire de ce rendez-vous, cette année, avec ses deux équipes composées de joueurs adolescents et adultes ayant une déficience intellectuelle.