Bruno Langlois a décroché la huitième place du classement général au Tour de Beauce l’an dernier, son meilleur résultat en carrière malgré ses 38 ans.

Le cycliste Bruno Langlois lance sa propre équipe

À 39 ans, Bruno Langlois savait ses jours comptés dans le cyclisme professionnel. Alors il a lancé sa propre équipe, histoire de continuer à tripper. «J’ai monté ma ligue de garage de bicycle à pédales», rigole le natif de Matane, champion canadien sur route en 2016.

Cet été, Langlois sera à la fois cycliste, capitaine, entraîneur et directeur sportif de la formation Vélo Cartel, du nom du «café cycliste» qu’il a lancé en septembre dernier. Le commerce, qui abrite aussi l’autre entreprise de Langlois, BL Coaching, a pignon sur la rue Soumande, près de Fleur de Lys. Il se veut un lieu de rencontre pour les passionnés de vélo (et amateurs de café).

Habitué du circuit nord-américain, l’ancien capitaine de la formation Garneau-Québecor voit un peu plus petit pour 2018. Au menu, davantage de compétitions provinciales, comme les mardis cyclistes de Lachine.

«J’ai eu 39 ans, quand même. Je ne suis plus jeune, j’ai donné pas mal. C’est pour ça que j’ai parti une équipe, pour m’amuser. […] On a du plaisir. On n’est pas couchés à 9h à boire de l’eau Perrier, les jambes dans les airs, illustre-t-il. On s’arrache quand on est sur le bike, mais on essaie d’avoir une qualité de vie.»

Ce qui ne l’empêche pas de viser le prochain Tour de Beauce, du 13 au 17 juin. Il s’agira de son 20e en carrière, un record qui risque de tenir fort longtemps. Son équipe ne sera sans doute pas de calibre pour s’y élancer, mais Langlois a déjà reçu des offres de quelques formations.

«Je vais essayer de m’entraîner sérieusement pour ne pas arriver là-bas et avoir l’air ridicule, dit-il. C’est une course de prestige. Quand on était jeunes, la Beauce était comme notre Tour de France.»

Et Langlois n’est pas juste un participant. Vainqueur d’étape en 2012, il a aussi décroché la huitième place du classement général l’an dernier, son meilleur résultat en carrière malgré ses 38 ans.

Le Matanais a aussi un œil sur les Championnats canadiens, qui auront lieu à Saguenay — et non à Kamloops, comme prévu initialement — du 21 au 24 juin.

«Encore des objectifs!»

Reste à voir dans quelle forme il se présentera sur les pistes. Avec tous ses projets, Langlois admet avoir été un peu moins assidu sur l’entraînement pendant la saison morte. N’empêche, il ne remonte pas en selle pour seulement faire acte de présence. «J’ai encore des objectifs! lance-t-il sans détour. Je veux que mon équipe domine au Québec.»

L’équipe Vélo Cartel ne veut pas faire comme les autres. Comme pour le démontrer dès le départ, Langlois et ses coéquipiers amorceront leur saison le 28 avril, lors du critérium Red Hook, à Brooklyn. Il s’agit d’une course avec des vélos à pignon fixe sans frein (!). Et le vétéran cycliste ne le cache pas: «Ça me stresse un peu! Il y a beaucoup de chutes. Si ça tombe en avant de toi, tu rentres dans le tas.»

Malgré les projets et son implication continue dans le cyclisme, Langlois admet trouver ardu le fait de tourner la page sur sa carrière. Même s’il le fait plus tranquillement que bien d’autres. «On dirait que je ne le réalise pas. Quand le monde m’en parle, ça fait : “Hein! C’est vrai, je ne suis plus vraiment pro.” Je m’entraîne et je suis motivé à faire du vélo. Mais c’est quand même tough